X-Clim

17 juillet, 2007

L’ONU, l’OMS, l’AIEA …etc… même combat

Classé sous Uranium Appauvri (U.A) — chamok @ 21:58


Tous contre l’Homme !

 

Depuis les archives du Monde Diplomatique de février 2001

DES MENSONGES COUVERTS PAR LES NATIONS UNIES

Loi du silence sur l’uranium appauvri

Depuis que les munitions à l’uranium appauvri (UA) ont été testées par les Etats-Unis contre l’Irak, décès et maladies inexpliquées se multiplient chez les combattants ayant servi dans le Golfe, mais aussi en Bosnie et au Kosovo. A des degrés divers, les agences des Nations unies ont imposé une chape de silence sur la dangerosité radiologique et chimique de cette arme. N’a-t-il pas fallu attendre janvier 2001 pour que l’Organisation mondiale de la santé « envisage » d’enquêter sur les effets de l’UA sur les populations du Golfe ?

Par Robert James Parsons

Annoncé, reporté plusieurs fois, puis resurgi sous la pression des agences internationales d’aide humanitaire présentes au Kosovo, le projet d’élaboration d’un rapport sur l’uranium appauvri (UA) par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a toujours pas abouti. Après l’éclatement de l’affaire dite du « syndrome des Balkans », l’OMS s’est contentée de publier en janvier 2001 un aide-mémoire qui, en quatre pages, prétend traiter de l’essentiel du sujet (1). Cherchant surtout à calmer le jeu et à rassurer le public, les informations y sont vagues et souvent en flagrante contradiction avec les connaissances scientifiques actuelles. Si radiation il y a, affirme le texte, elle se situe en dessous du seuil acceptable : « La science fait apparaître comme improbable la détection d’une augmentation du risque de leucémie chez les militaires dans les Balkans en relation avec l’exposition à l’uranium appauvri. »

Plus haute instance mondiale dans le domaine de la santé, comment l’OMS at-elle pu produire un tel document ? Elle y recommande, par exemple, comme « raisonnables » des « opérations de dépollution » aussi invraisemblables que celle consistant à récupérer des milliers de milliards de particules radioactives invisibles répandues sur des centaines de kilomètres carrés de territoire et mélangées avec des centaines de milliers de tonnes de terre !

En fait, un accord passé avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en 1959 interdit à l’OMS de traiter des questions de radiation et de santé publique sans l’aval de celle-ci. Aval qui n’est pratiquement jamais donné.

Dans les années 1950, aux Etats-Unis, pour justifier les budgets faramineux destinés à l’arsenal nucléaire, le gouvernement Eisenhower joua sur les retombées civiles de la recherche militaire. Il fit naître, en 1954, le programme « Atomes pour la paix », promettant à l’opinion une électricité, non seulement « propre », mais trop abondante pour qu’il vaille la peine de la facturer.

Bien des membres de la communauté scientifique, peu ou pas impliqués dans les recherches militaires, rappelèrent alors les travaux qui valurent à Herman Joseph Muller de recevoir un prix Nobel en 1946. Il avait découvert le caractère mutagène terrifiant de la radiation ionisante. C’est précisément cette radiation que les centrales nucléaires prévues par « Atomes pour la paix » allaient introduire au sein de la population civile. Le docteur John W. Gofman, chef du groupe plutonium ayant isolé le premier milligramme de plutonium en 1942, ne cessait pour sa part de marteler : « D’après toute norme raisonnable basée sur des épreuves scientifiques, il n’existe aucune dose sûre (2). » Face à de telles réticences, les Etats-Unis poussèrent en 1956 à fonder l’AIEA, organisation du système de l’ONU dont le mandat revient tout simplement à promouvoir l’industrie nucléaire.

En 1957, l’OMS a organisé une conférence internationale sur les effets de la radiation sur la mutation génétique, dont les prémisses de base, issues des expériences de Muller, se reflètent dans les monographies présentées à la conférence et ensuite publiées (3). Pourtant, en 1959, le débat est clos. L’OMS accepte l’accord avec l’AIEA, selon lequel « chaque fois que l’une des parties se propose d’entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord  (4). » C’est cette obligation de « commun accord » qui permettra à l’AIEA d’empêcher presque tous les efforts de l’OMS dans le domaine des rapports entre santé publique et radiation.

C’est ainsi que, lorsque l’OMS se propose de publier un aide-mémoire sur l’uranium appauvri, le projet n’aboutit pas. L’étude générique, qui traîne encore, devait se limiter à l’UA, « contaminant chimique en tant que métal lourd ». Il faudra que l’uranium appauvri fasse la « une » de la presse internationale pour que l’OMS annonce que l’étude sera étendue à la radiation. Le travail supplémentaire sera assuré par des experts en provenance d’organisations telles que le Nuclear Radiation Protection Board du Royaume-Uni (instance vivement critiquée par les anciens combattants britanniques atteints du syndrome de la guerre du Golfe) et, bien sûr…, l’AIEA. Les organisations d’aide humanitaire présentes à Kosovo, telles le Haut-Commissariat pour les réfugiés, le Programme alimentaire mondial, l’Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires, l’Organisation des migrations internationales, qui, en vertu de leur appartenance au système onusien, sont obligées de se référer à l’OMS pour toute question de santé publique, attendent toujours.

Les normes qui, actuellement, établissent la dose de radiation « supportable » sans danger par l’organisme humain ont été fixées à partir d’études faites par l’Atomic Bomb Casualty Commission du Pentagone sur les survivants de Nagasaki et de Hiroshima, études dont un objectif important, sinon le principal, fut de déterminer l’efficacité de la bombe en tant qu’arme de guerre. Ces études (dont les détails ne furent publiés qu’en 1965) commencèrent en 1950, moment où bon nombre de victimes qui avaient initialement survécu étaient déjà mortes des suites des bombardements. Le groupe étudié comprenait surtout des sportifs jeunes en relativement bonne forme. Les personnes particulièrement vulnérables aux effets néfastes de la radiation – les enfants, les femmes et les vieux – n’y figurent pas.

Ces études des survivants furent rapidement terminées, sans attendre le développement de cancers qui mettent des décennies à apparaître. De plus, elles furent menées par des physiciens sans formation en biologie. A l’époque, ceux-ci ignoraient encore l’existence – sans parler du fonctionnement – de l’ADN, et ne distinguaient pas entre les effets d’une seule explosion vive et intense et ceux d’une radiation de source interne, lente et constante, comme celle émise par les particules d’UA (qui pénètrent dans le corps par voie d’inhalation, d’ingestion, ou de blessures sur la peau).

Le lobby nucléaire a toujours prétendu que les effets de la radiation faible sont trop infimes pour être étudiés. On a donc extrapolé à partir des effets observés après une irradiation à forte dose (Hiroshima et Nagasaki), suivant cette logique : si 1 000 survivants étaient malades après l’exposition à une dose 100 (chiffre arbitraire), 500 seraient malades exposés à une dose 50 et un seul dans le cas d’une dose 0,5. Donc, en dessous de cette exposition, personne n’est affecté (5) !

Doutes sur les normes actuelles

Or une étude sur les enfants nés de mères ayant subi des radiographies pendant leur grossesse, de la chercheuse anglaise Alice Walker, a mis en évidence le danger de la radiation à faible dose pour l’organisme humain. Dans les années 1970, elle arriva aux mêmes conclusions pour les employés de l’usine de fabrication d’armes nucléaires de Hanford aux Etats-Unis. En 1998, toujours vaillante malgré ses quatre-vingt-onze ans, elle a publié, avec George W. Kneale, une réévaluation approfondie des enquêtes faites sur les survivants de 1945, montrant de façon irréfutable les erreurs présentes dans les études ayant servi de base à l’établissement des normes actuelles (6). Ce sont ces normes qui permettent à l’aide-mémoire de l’OMS de parler de « dose journalière acceptable » applicable aux personnes exposées à l’UA. Allant dans le même sens, le docteur Chris Busby, chercheur anglais auteur de nombreux ouvrages sur les effets de la radiation faible (7) (travaux contestés par l’establishment nucléaire), a expliqué le mécanisme par lequel une radiation faible interne et chronique détruit de façon systématique l’ADN des cellules pour produire des mutations à la base des cancers.

Les normes internationales ont été revues à la baisse par l’lnternational Commission for Radiation Protection – agence chargée d’élaborer ces normes, qui sont ensuite appliquées par l’AIEA – à plusieurs reprises, plus récemment en 1965, 1986 et 1990. La révision de 1990 a réduit dans un rapport de 5 à 1 la dose permise. Les Etats-Unis n’ont toujours pas accepté cette révision. C’est donc sur des doses cinq fois plus élevées que celles acceptées par le reste du monde qu’ils prétendent que leurs soldats ont subi des doses « sûres » pendant la guerre du Golfe.

L’instance la plus haute en la matière aux Etats-Unis est l’Atomic Energy Commission (AEC), agence civile, mais en réalité dirigée par le haut commandement militaire qui, ainsi, contrôle le développement de toute technologie nucléaire. Toutes les sources principales de la radiation ionisante sont ainsi tombées sous le contrôle de personnes et d’institutions qui n’ont aucun intérêt à en explorer la dangerosité. Les quatre autorités scientifiques les plus éminentes ayant travaillé pour l’AEC sont MM. John Gofman, Karl Z. Morgan, Thomas Mancuse et Mme Alice Stewart. Chacun à son tour fut renvoyé pour avoir présenté des résultats d’études démontrant que l’exposition à la radiation faible provoque le cancer (8). L’aide-mémoire de l’OMS s’inscrit donc dans un historique de dénégation générale, dont l’affaire de l’UA en Yougoslavie n’est que l’épisode le plus récent.

Pendant la guerre du Kosovo, en mai 1999, l’ONU a organisé un voyage de représentants de toutes les agences impliquées dans le conflit afin d’en dresser une évaluation préliminaire. Chacune a rédigé un rapport qui, par la suite, a été partagé avec les autres agences. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) y a participé, mais son rapport a été supprimé. Rendu public le 18 juin 1999, grâce à une fuite, dans deux quotidiens de Suisse romande, le Courrier et la Liberté,9). le document issu de la plume de M. Bakary Kante, conseiller du directeur général du PNUE Klaus Toepfer, tirait le signal d’alarme sur la pollution engendrée par les bombardements et signalait spécifiquement l’UA (

Un autre rapport sur la pollution, commandité par la Commission européenne et publié en juin, peu après la fin de la guerre, s’est donné la peine d’identifier ses sources (experts sur le terrain et ailleurs, ouvrages, monographies spécialisées, etc.) mais ne mentionne quasiment pas l’uranium appauvri (10). Sur une liste sommaire des types de pollution figure l’indication unique : « UA », suivie de la mention « en Yougoslavie – prétendu ». On pourrait supposer que ce groupe de travail ignorait l’existence du document de Kante. Pourtant, plusieurs paragraphes de son rapport le reproduisent mot à mot, et la liste de quelque 80 sites bombardés est identique à celle constituée par M. Kante.

Peu après, le PNUE constitue un groupe de travail, le Balkans Task Force (BTF), pour dresser un bilan complet. A sa tête M. Toepfer nomme M. Pekka Haavisto, ancien ministre de l’environnement de Finlande. Celui-ci est catégorique : l’UA fait partie du tableau global de la pollution et il ne faut pas l’écarter de l’enquête ; si on lui interdit de l’étudier comme pollution radioactive, il l’étudiera comme pollution chimique (voir « Chimiquement toxique »).

Où sont les sites contaminés ?

LE rapport du BTF enfin prêt (11), son lancement à Genève est annoncé pour le 8 octobre 1999. Un journaliste qui se rend au bureau du PNUE à Genève, siège du BTF, à la recherche anticipée d’une copie, est accueilli par M. Robert Bisset, porte-parole et bras droit de M. Toepfer, qui lui interdit tout contact avec l’équipe de M. Haavisto. On apprend finalement que ce dernier, contrairement au plan prévu, donnera une conférence de presse, le 11 octobre à New York. Les journalistes qui suivent de près la question de l’UA au Kosovo, tous basés à Genève, se voient ainsi ôter la possibilité d’interroger le responsable du rapport.

Retravaillée par M. Bisset, la partie finale du rapport est réduite de 72 pages à 2, comme en témoigne son texte boiteux (plus tard, les parties manquantes paraîtront sur le site Internet du PNUE) (12). Ses conclusions et recommandations parlent d’empêcher tout accès aux sites contaminés, tout en déclarant que ceux-ci… ne peuvent être repérés. L’experte canadienne Rosalie Bertell avait conseillé au BTF de prendre des échantillons sur les filtres d’air des véhicules au Kosovo, sur les chars blindés touchés, et sur des sites probablement atteints par des armes à l’UA : aucun échantillon conforme à ses conseils ne sera recueilli lors de la seule mission menée sur le terrain.

Pendant tout ce temps, Genève assiste à un défilé de personnalités directement impliquées dans la question. Envoyé spécial aux Balkans du Haut-Commissariat pour les réfugiés, M. Dennis McNamara parle du retour de ces derniers sur des sites « d’environnement sûr ». Mais par « sûr », il entend « militairement sûr » et insiste au cours d’une conférence de presse tenue au Palais des nations le 12 juillet 2000 : « L’OTAN assure que l’UA ne pose pas de problème. » Sous-secrétaire d’Etat des Etats-Unis pour la population, les réfugiés et la migration, venue à Genève vanter devant le Conseil économique et social de l’ONU la réussite de la « guerre humanitaire », Mme Julia Taft avoue, elle, pendant une autre conférence de presse (Palais des nations, 14 juillet 1999), qu’elle ne sait pas ce qu’est l’UA.

Interrogé par nos soins, M. David Kyd, porte-parole de l’AIEA, prétend que le mandat de son agence ne permet aucunement à celle-ci d’enquêter sur l’uranium appauvri et assure que l’UA est de toute façon inoffensif. Le docteur Keith Baverstock de l’Office régional pour l’Europe de l’OMS débite la même litanie sur l’absence totale de danger, tout en ajoutant que « l’UA pourrait causer des problèmes dans une situation de bataille » ! Enfin, devenu envoyé spécial aux Balkans du secrétaire général de l’ONU, l’ancien premier ministre suédois Carl Bildt tranche : l’affaire de l’UA est une « non-affaire ».

En mars 2000, le Military Toxics Project, ONG antinucléaire américaine, annonce qu’une carte des cibles touchées par l’uranium appauvri au Kosovo aurait été remise par l’OTAN au PNUE en janvier, information confirmée par une source du ministère des affaires étrangères des Pays-Bas (13). Craignant un tollé général, M. Toepfer convoque une réunion de crise à Genève, le 20 mars 2000, pour arrêter une stratégie. Il est trop tard. Le matin même, le Courrier, dernier journal indépendant de Suisse romande, publie la carte.

Le lendemain, M. Haavisto tient une conférence de presse pour la rendre publique. S’il se veut rassurant, il renvoie cependant aux recommandations du rapport d’octobre : il convient d’empêcher l’accès aux endroits contaminés – tout en indiquant que la carte disponible n’est pas assez précise pour identifier ceux-ci. Un communiqué de presse signale l’étude de l’OMS éternellement en préparation et une autre commanditée par le BTF auprès de la Royal Society du Royaume-Uni (dont on n’a plus parlé depuis).

La carte, censée révéler les 28 sites touchés par des projectiles flèches [en anglais : penetrators] antichars de 30 mm lâchés par des avions A-10, pose pourtant des questions. Les cibles sont concentrées près de la frontière albanaise (zones d’occupation italienne et allemande), où Tito, craignant l’irrédentisme du dirigeant albanais Enver Hoxha, avait fait construire d’importantes installations militaires souterraines en béton. Selon M. Jacques Langendorf, analyste militaire suisse ayant visité les lieux du temps de Tito, les projectiles flèches de 30 mm auraient peu d’effet contre ce béton, mais des missiles Cruise armés d’UA pourraient s’avérer efficaces. Et, selon l’analyste britannique Dennis Flaherty, un des buts de la guerre aurait été de tester de tels missiles équipés d’une nouvelle technologie (appelée Broach), qui permet de tirer jusqu’à dix projectiles flèches à la fois, en vue d’une pénétration plus efficace de bunkers souterrains.

Après des demandes insistantes du secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, une nouvelle carte a été remise à M. Toepfer, en juillet 2000, par l’OTAN. Elle comporte 112 cibles accompagnées d’une liste de munitions censées y avoir été lâchées (une vingtaine de sites portent la mention « inconnu » en face du type de munitions – invraisemblable vu les systèmes de contrôle informatique dont disposent et l’OTAN et le Pentagone) et aurait été cachée à M. Haavisto jusqu’en septembre. En la découvrant, ce dernier aurait voulu mettre immédiatement sur pied une mission d’enquête au Kosovo. M. Toepfer aurait interdit une telle démarche avant les élections du 24 octobre 2000, craignant, en cas de révélations inquiétantes… des exodes massifs, comme pendant la guerre.

Quoi qu’il en soit, le Haut-Commissariat pour les réfugiés, las d’attendre l’OMS, a mis sur pied ses propres consignes pour son personnel (14) : aucune femme enceinte ne sera envoyée au Kosovo, toute personne pressentie pour cette zone doit avoir l’option d’un autre poste ailleurs, et tout fonctionnaire envoyé au Kosovo doit voir figurer dans son dossier une indication de « service sur le terrain », pour faciliter la recherche de compensation en cas de maladie provoquée par… la contamination. Selon M. Frederick Barton, haut-commissaire adjoint pour les réfugiés, les efforts du HCR pour signaler le danger de contamination aux populations civiles se sont heurtés à une résistance formidable tant de la part des chefs politiques albanais que de la part de l’administration de l’OTAN et de l’Unmik (Mission des Nations unies au Kosovo).

Pour la docteure Rosalie Bertell, la « non-affaire » de l’uranium appauvri s’inscrit en droite ligne dans une longue histoire qui se joue encore et semble loin de se terminer. Une « non-affaire » à suivre.

Robert James Parsons.

 

 

 

15 juillet, 2007

BASTA !

Classé sous Uranium Appauvri (U.A) — chamok @ 22:11

..Et vous, vous arrive t-il d’être parcouru par une..

certitude?

Une fois, un jour, un instant? Une certitude qui tenaille, qui prend aux tripes à ne plus lâcher parce que la révolte vous a envahit. Et est-ce que une fois vous aller vous laisser déborder par celle-ci afin de dire: BASTA!

Sans même oser me méler du blabla à vouloir corriger l’appelation des métaux lourds en ETM « Éléments-Traces-Métalliques » ! (Sourire..), il est d’importance capitale à dire et rappeller la nocivité de toute cette ..ferraille
Nous savons tous.. (ou presque..) que les métaux lourds sont parmis les plus violents poisons existants et que les décrets, directives, lois… pour s’en protéger sont innombrables.

Que ça soit le plomb, le mercure, le cadnium… qui sont parmi les métaux le plus toxiques que l’on rencontre le plus courrament cités lorqu’il s’agit de parler des dangers qui nous environnent mais qui donc nous parle de l’uranium? pour nous mettre en garde des métaux lourds? Et qui donc encore parle de l’uranium appauvri qui est le métal le plus lourd et qui est sans aucun doute possible le plus nocif pour l’Homme et l’environnement? D’accord à hurler avec ceux qui disent que les 10% des fruits et légumes que l’on trouve dans le commerce qui contiennent des métaux lourds est plus que totalement innacceptable mais pourquoi donc toujours passer sous silence l’uranium appauvri, le pire des maux sur Terre alors que c’est le « plus des plus » en tout?

Plus de la moitié des soldats des USA revenus de l’Irak sont handicapés ou invalides suite au « syndrome du Golfe », tout comme il existait avant le « syndrome des Balkans ». Le mal est moins sévère pour les soldats revenus de ce qu’ »ils » ont appellé la « guerre » d »Afghanistan puisque, aucun soldat à abattre, aucun blindé au sol à détruire, ce sont principalement des bombardements provenant d’avions volant à haute à très haute altitude qui ont eu lieu sur des campements dans les champs et montagnes et que les villes occupées ont continué à auto-gérer leur misère comme dans le passé sans que l’armée US ait eu quoique ça soit à piller puisque la désolation est le maître mot de ce pays qui est parmi les plus pauvres au monde avec encore plus de misère disséminés par l’uranium appauvri causant malformations foetales et cancers en pagaille.. et le « mystérieux » syndrome afghan. L’Afghanistan était aussi le pays où l’on vivait le moins vieux au monde mais depuis l’épidémie » de SIDA en Afrique, le plus que triste record est largement battu par plusieurs pays africains qui se dépeuplent à vitesse grand V.

Tout comme se dépeuplent les pays de l’Est de l’Europe pour des raisons que les démographes ont pas mal de difficultés à nous expliquer… Alcoolisme!? C’est vraiment le seul pays au monde à commencer picoler..

Tchernobyl y est bien entendu pour rien.. comme n’y sont pour rien tous les « incidents ou « accidents » connus ou méconnus ayant trait au nucléaire.
Tchernobyl en Ukraine seulement, c’est 1 million d’hectares incultivables et inhabitables pour encore quelques dizaines d’années et dont on pourra plus jamais utilisé l’eau du sol. C’est 100 000 hectares de tourbière contaminés à vie… Tchernobyl c’est avant tout des centaines de milliers de « liquidateurs » (Comme on les a appellé) morts qui étaient chargés de nettoyer les abords et les vestiges de la centrale jusqu’au plein coeur des zones les plus contaminées et qui sont morts dans l’indifférence générale totale, des milliers de gamins qu’il faudra soigner toute leur vie, des milliers d’enfants non-nés. Et Thernobyl bien sûr, ça n’est pas que çà
Tchernobyl durera encore des milliers d’années à faire peser ses menaces et à les éxécuter. Tchernobyl c’est le mensonge avec l’OMS (Encore elle!) qui ne dénombre que ~150 morts.
Tchernobyl c’est devenu aussi la plus grande ville du Monde qui s’étend sur toute l’Europe et certainement au delà maintenant. Le pillage de la région où pas un même un écrou à échappé à l’appétit des récupérateurs est reparti en fonderie se mélanger à d’autres ferrailles et qui refondus sont devenus des carters de machine à laver, des sommiers, des radiateurs…etc.. et des écrous ..contaminés.
Ce cycle de ferraille peut aussi s’appliquer pour le bois qui a été récupéré pour être vendu à bas coût à travers l’Europe. Combien de chalets en France! ont été construit à partir de bois provenant de la région de Tchernobyl?

Si la pensée humaine peut oublier Tchernobyl, le corps jamais. Dans des milliers d’années des hommes continueront à mourir de Tchernobyl.

De grandes civilisations ont pu disparaître par leur abus d’utilisation quotidien de métaux lourds puisqu’elles les meconnaissaient et ne savaient donc pas s’en protéger. Aujourd’hui nos très savants scientifiques nous ont mis en garde contre tous ces dangers qui planent à utiliser les métaux lourds et partout où c’est possible nous nous employons à en minimiser les effets néfastes, encore très mal, mais nous sommes avertis.

Il est complétement faux de dire que l’uranium présent dans l’atmosphère est d’origine naturelle !

(Je sais que je me répète mais c’est une chose à dire et re-redire sans cesse afin de combler les énormes mensonges d’en face..) L’uranium de la Terre est enterré depuis des millions d’années et ne se trouve plus dans l’atmosphère terrestre depuis très très longtemps déjà..

Le plus lourd et plus néfaste de ces métaux lourds, l’uranium appauvri (Qui n’est pas d’origine naturelle), lui est totalement absent des listes

Pourquoi?

Où se trouve le problème à ne pas vouloir en parler?

Il est absolument sûr que c’est le plus nocif comme il est absolument sûr que c’est le plus répandu dans l’atmosphère terrestre et si dans la « composition » d’un corps d’un humain nous trouvions, en quantités infimes mais nous trouvions quand même des traces quantifiable de métaux lourd entrant « ordinairement » dans la composition du sang et il n’en pas de même avec l’uranium appauvri. Le fait de retrouver de l’uranium appauvri dans des urines de personnes ayant séjourné 10 ans auparavant en Irak, le temps de faire une guerre nucléaire et de massacrer la population n’est absolument pas normal.

Rien, pas même le temps détruira cet uranium qui poursuivra inlassablement son travail de sape des tissus humain où qu’il se trouve dans un corps

Rien ne sera suffisament fin pour empêcher une particule d’uranium appauvri jusqu’à la taille d’un atome à passer toute une série de masques et de filtres pour se loger dans un poumon ou ailleurs. Rien n’existera jamais pour éviter qu’on l’ingère sous forme solide ou liquide flottant invisible dans l’eau la plus pure qui soit, collée à la salade, dans la patate..

Cinq (5) tonnes d’uranium appauvri ont été abandonné à tous vents par l’Army US à Colonie, comté de l’Albany dans l’Etat de New York il y a plus de 25 ans et aujourd’hui seulement après un an de rétention de l’info par le Department of Geology at University of Leicester nous apprenons cet empoisonnement de masse et aussi après que tant et tant de fonctionnaires et de militaires est été forcément mis au courant de ce dépot « sauvage ».. 25 ans après nous retrouvons cet uranium appauvri jusqu’à 6 kilomètres du lieu d’origine alors qu’il était sous forme d’un caillou (Ici il n’est pas entré en combustion lors d’un tir par une arme et n’est pas comparable aux gaz qui en résulterait); 25 ans après nous retrouvons l’uranium appauvri jusqu’à 35cm. sous terre

La publication de ce stokage a fait bien sûr « grand bruit » lors de son annonce et de très nombreux sites internet ainsi que des médias plus traditionnels ont répercuté les faits.. et puis tout est rentré en ordre, la chappe de silence, de nouveau s’est abbatu sur ce qui devenu la normalité.

Quoi de plus normal en effet de laisser 5 tonnes d’uranium à l’air libre dans une grande ville et sous les vents dominants à proximité d’une capitale et d’une des plus grande ville du monde?
Même la plus fine particule invisible à l’oeil nu peut transformer votre corps en un champ de mines; Peut ruiner votre ADN en moins de temps qu’il faut pour apprendre à lire ou à compter.
Nous le savons, les responsables du stokage en plein air le savaient, et pourquoi donc ont-ils entraîné dans leur suicide des métropoles parmi les plus grandes au monde?
Vous, vous le savez et restez heureux de croire ce que vous savez.

Moi je dis:

Conspiration !

Le gros vilain mot préféré des paranoïaques internautes est laché.. :)

Ou bien alors pour vous,

il est tout à fait normal que l’uranium soit reconnu comme étant un produit comme le charbon ou de vieux pneus et qu’on puisse l’abandonner à l’air libre comme une génération complète de militaires et de fonctionnaires l’on fait. (Albany, N.Y)

- Normal d’aller bombarder à l’arme nucléaire des régions prochainement décidées stratégiques en Europe (L’ex-Yougoslavie)

- Normal d’aller faire une guerre nucléaire contre un des pays les plus pauvres et démuni du monde (Afghanistan)

- Normal de faire une guerre nucléaire contre la population d’un pays pour le dépouiller des richesses de son sous-sol (Irak) (Notons que le bâtiment du Ministère Irakien de la Santé qui détenait toutes les archives sanitaires du pays a été un des tous premiers bâtiments à être bombardé.)

- Normal d’aller bombarder (Dans le silence médiatique) avec des armes nucléaires un des autres pays pauvres parmi les pauvres, pour soit-disant l’aider à mater une rebellion armée de bric et de broc (Somalie)

- Normal de pratiquer des essais à l’arme nucléaire sur un territoire associé à son propre pays (Vieques PR)

- Normal également que Hawaii qui en plus d’avoir à subir des terrains de stokage et des tirs d’essais d’uranium appauvri reçoit aussi les chars et autres véhicule en provenance d’Irak afin de les décontaminer de cet uranium appauvri.

- Normal de faire des essais sur l’uranium appauvri en extérieur à proximité de grandes mégalopoles (Tracy CA)

- (Le cas du « dernier » bombardement nucléaire que l’on ait eu à constater au Liban (Quoiqu’en dise l’ONU et Israel qui ne veulent reconnaître que du phosphore.. pourtant tout autant interdit d’emploi que l’uranium dans les armes par la Convention de Genève sur les armes..) est nettement plus pernicieux et en attendant le résultat de plus amples recherches, sur les différents uraniums retrouvés, ceci ne plaident pas pour eux en faveur de lâchers de chocolat ou de médicaments.. et après tout quoi de plus normal encore de retrouver de l’uranium appauvri dans les bombes israéliennes puisque même les lests des bombes dites « conventionnelles » sont en uranium appauvri et ce pas uniquement en Israel bien sûr..)

- L’Iran sans cesse menacée de représailles à persister à oser vouloir faire seule sa centrale nuc. va peut-être être le prochain champ nucléaire sur Terre. (L’Iran bombardé sera un désastre pour le Pakistant et l’Inde qui depuis la guerre en Afghanistan et ensuite les guerres en Irak ont eu à subir très directement les retombées nucléaires sur leur sols. La Pakistan, le Népal et le Cachemire indien ont déjà plus largement subit les retombées atomiques des bombardements et ne sont absolument plus d’accord avec les USA pour qu’avec cette guerre contre l’Iran leur pays ait encore à subir des retombées radioactives et les menaces des Etats -Unis demandant un soutien actif à leur politique impérialiste envers l’Inde se précisent de plus en plus.)

- ..et tout à fait normal aussi que de 30 à 50 pays dans le monde possèdent des armes à l’uranium appauvri et qu’ils fassent des tirs d’essais dans leurs propres pays comme en France où dans plusieurs lieux différents à l’extérieur à tirer des obus comme à l’intérieur, en stands de tirs pour essayer les petits calibres. (Je serais les trouffions ayant pratiqué ces tirs en stands.. je décuplerais mon assurance-vie au plus vite)

..plus que normal que tout un tas de traités dont la Convention de Genève interdisent l’emploi de l’uranium dans les guerres.

Bien sûr que c’est normal tout çà, puisque tu vous êtes sûr que l’uranium est une bonne chose pour la santé humaine.

..et pour ma part, je continue à persister à penser qu’il n’existe pas de plus grande saloperie sur Terre que l’atome nucléaire.

Il n’y a plus aucun doute à comprendre qu’une classe, une élite auto-designé est en train de réaliser son programme de dépopulation du monde afin de rester qu’une poignée « d’élus » à profiter des richesses de la Terre.
En lecteur régulier que vous êtes, je sais que déjà vous avez pu voir des références aux plans de Kissinger parlant directement des moyens à employer pour dépeupler la planète au plus vite. D’autres plans ont suivis avec d’autres dirigeants et j’aurai l’occasion d’en reparler

Et s’ils ont trouvé l’arme imparable, cet invisible ennemi perpétuel qui tous nous entrainera vers la fin du Monde, il est certain que jamais ils pourront imposer leurs mensonges à l’immense majorité de la population du monde qui a compris déjà depuis longtemps que la seule seule chose qui interressent ceux qui nous gouvernent était leur petite personne et leur porte-feuilles.

13 juillet, 2007

Nous sommes tous des vétérans de la guerre d’Irak…

Classé sous Uranium Appauvri (U.A) — chamok @ 13:22

Nous sommes tous des vétérans de la guerre d’Irak (1 et 2) , des vétérans de la guerre de l’ex-Yougoslavie, de la guerre d’Afghanistan, de la « guerre » du Liban, de la « guerre » en Somalie, d’Hiroshima, de Nagasaki, de Vieques, de Reganne, Mururoa et de et de… sans oublier Chinon, Marcoule, de la radio- »thérapie »… la liste à faire est trop longue.
Tous, nous avons ingéré, inhalé de cet atome maudit d’uranium et tous nous continuons encore quotidiennement à avaler, respirer l’uranium de Reganne, Hiroshima, Mururoa…etc… et aujourd’hui encore nous mourrons de Nagasaki jusque dans la pampa argentine..

Certains, beaucoup d’entre nous ont cet uranium dans le sang et il a provoqué leur(s) cancer(s), leucémie et/ou autres désordres dans l’ADN. Nos fils et petits-petits-fils… seront toujours de plus en plus malades puisque transmettant à leur tour ces désordres dans l’ADN. On pouvait espérait voir l’espèce humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui vivre encore 100 000 ans, il est sûr et certain que l’uranium lâché partout durant le 20eme et 21eme! siècle va considérablement raccourcir ce cycle et que dans quelques tous petits milliers d’années la Terre n’est plus à supporter l’Homme.

Seule minable défense à entendre..:

« VOUS N’AVEZ PAS DE PREUVES! »

Si.
J’ai toutes les preuves que l’uranium nous bouffe et nous ronge à longueur de vie.

Pas l’uranium produit par la Terre qui lui au cours des centaines de millions d’années a fini par être recouvert par d’épaisses couches de terre et s’est dégradé et continue lentement à le faire sans empêcher l’espèce humaine à se developper mais j’ai les preuves que l’uranium d’origine anthropique, que ça soit laché au cours d’essais et lors des guerres nucléaires faites actuellement tue l’espèce humaine et son environnement à petit feux.

J’ai aussi les preuves que très délibérement toutes ces dernières guerres faites avec le nucléaire n’ont que pour but d’éliminer un maximum de personnes vivant sur Terre puisque la nocivité des particules du nucléaire a été connu et expliqué depuis 1941 à tous les militaires et hommes politiques par les scientifiques de l’époque.

J’ai la preuve que délibérement, on a menti sur les effets de l’uranium sur la santé en publiant des calculs faussés qui font depuis leurs publications font office de référence de santé nucléaire sur la planète. Ils nous ont menti de UN MILLIARD de fois.
L’atome d’uranium est UN MILLIARD de fois plus nocif à l’homme que ce que les textes réglementant la médecine nucléaire le laisse entendre et donc toute la protection de la santé humaine s’appuyant sur les textes dictés par les agences internationales sont des faux.
J’ai la preuve que tous les essais faits avec une « simple » particule Alpha d’uranium (y compris l’uranium appauvri!) sur des cobayes et ne serait-ce « qu »‘avec des particules Alpha aboutissent à des désordres du système nerveux central, à des cancers, des lésions irréversibles de l’ADN, …etc…

..et surtout, j’ai la preuve que les mensonges et l’hypocrisie des pouvoirs qui continuent nient à nous faire croire que l’uranium est inoffensif pour la santé de l’Homme, de la Nature.. Ce qui est quand même la plus « belle des preuves ».. non?
La moindre particule, le moindre atome! d’uranium est nocif et c’est pourquoi l’uranium dit appauvri que l’on peut considérer comme étant un gaz dans lequel nous baignons (~400 000 particules par m3 d’air (Nous respirons ~ 3 m3/jour)) nous assiège et lentement nous ronge et sa durée de vie qui est de 4 milliards et demie d’années de demi-vie (et donc plus 4 1/2 d’années encore de l’autre demie-vie moins active plus quelques petits milliards d’années pour une décomposition totale peuvent nous laisser penser que les générations à venir ne pourront pas trouver de répit..

Nos militaires et dirigeants politiques ayant un pouvoir décisionnaire et connaissants parfaitement les dangers de l’atome d’uranium et l’ayant autorisé à être employé dans des essais, des guerres, des centrales nucléaires… sont donc TOUS à traduire devant les tribunaux pour avoir diffusés l’uranium dans l’atmosphère terrestre et de n’avoir pas, ne serait-ce qu’envisager, commencer à nettoyer les zones les plus contaminées..

Lorsque j’écris que « j’ai » les preuves, il faut bien sûr comprendre « nous avons » et que ces preuves sont accessibles à tous y compris depuis internet, et qu’elles sont basées sur des résultats de statistiques, de relevés sur le terrain, de laboratoires de recherches, d’analyses, d’autopsies, …etc… produites par des scientifiques (des vrais!) indépendants et ceci sur la rigueur de base des normes scientifiques en vigueur.
Le principal élément trompeur dans la détection d’une contamination étant la durée dans le temps qui peut s’échelonner de 3-5-10 à 15 ans après la contamination et qui avant de déclancher la maladie est selon l’importance des quantité ingérées, inhalées, l’âge, la corpulence de la personne… mais à coup sûr la particule d’uranium logé dans le sang, un poumon ou un rein aura fait son oeuvre de destruction.
Souvenez-vous bien que Leuren Moret nous parle de 2 milliards et demi de personnes tués par l’uranium appauvri d’ici 2040. Ce chiffre est très nettement approuvé par l’ensemble de la communauté qui se sent concerné par le sujet qui comprend de très grands spécialistes renommés provenant de tous horizons se confirme de jour en jour, étude après étude, statistique après statisque..
Pour la France, regardez les chiffres provenant des études pratiquées par nos services de santé national officiel; Ouvrez les yeux! Nous avons largement plus de 50% de « risque » à en mourrir, quoiqu’en disent nos médecins officiels. Le cancer, c’est la mort et non une résurection.
C’est de votre devenir, de l’avenir de vos enfants et de leur descendance, de l’avenir de l’Homme!, dont il s’agit.

Aujourd’hui (Juin 2007), il y a un autiste pour 150 naissances, il y a 2 ans, c’était 1 sur 183, il y a 20 ans, c’était 1 sur 2 500.. Demain en 2010 ou 2015 ?

..ça sera tout pour aujourd’hui, merci.

 

Les principales références concernant ce texte à consulter se trouvent déjà incluses dans des textes précédents sur ce blog.

 

 

 

27 juin, 2007

Antoine Citoyen

Classé sous Videos — chamok @ 21:52

Antoine citoyen

Retrouvez toutes ses vidéos sur: http://www.antoinecitoyen.eu/

Antoine Citoyen recherche des signatures pour ses pétitions: http://video.google.com/videoplay?docid=8891689495735663853

 

 

 

 

19 juin, 2007

D’Hiroshima à l’Irak, 61 ans de guerre suicidaire à l’uranium, de génocide, de ligne de conduite omnicide

Classé sous Uranium Appauvri (U.A) — chamok @ 1:05

Il s’agit un texte majeur de Leuren Moret provenant d’ alterinfo.net et dont l’original en anglais est ici.

Version .pdf

 

D’Hiroshima à l’Irak, 61 ans de guerre suicidaire à l’uranium, de génocide, de ligne de conduite omnicide

 

« Les laboratoires d’armes nucléaires existent pour le Pentagone, et le Pentagone existe pour les compagnies pétrolières. » – Richard Berta, inspecteur régional occidental pour le ministère de l’Énergie, novembre 1991 (1)

 

Par Leuren Moret, le 26 décembre 2006

​​​Depuis 1991, la guerre nucléaire secrète, menée par les USA, la Grande-Bretagne et leurs alliés, qui utilisent des armements à l’uranium appauvri (UA), a été conduite au Moyen-Orient, en ancienne Yougoslavie, en Afghanistan (2) et au Liban (3). Elle est faite dans le but exprès de détruire la santé publique et d’endommager le futur génétique d’immenses populations dans les régions riches en pétrole.


​​​​Le tapis et le quadrillage de bombes avec des armes à l’UA en Irak, en Yougoslavie et en Afghanistan garanti la contamination radioactive permanente du terrain. La découverte récente que les bombes US à l’UA jetées par Israël sur le Liban en 2006 contenaient de l’uranium enrichi (4, 5) suggère un test secret d’armes nucléaires de quatrième génération.

​​​​Les USA et leurs alliés se rendent parfaitement compte que ces armements violent les Conventions de Genève et de La Haye et le Protocole sur les Gaz Toxiques de Genève en 1926 (6). Ils répondent à la définition d’armes de destruction de masse dans deux catégories sur trois du Code US (7). Et Leur usage viole la loi militaire (8) depuis que les USA sont signataires des Conventions de la Haye et de Genève.

​​​​Le plan des bombes sales, des armements à gaz toxique radioactif de l’UA, des missiles et des balles sales, était contenu dans une note (9) déclassée datée du 30 octobre 1943. Elle était adressée au général Leslie Groves, qui dirigeait le Projet Manhattan, la tentative US pour construire des bombes atomiques durant la Deuxième Guerre Mondiale.

​​​​La recommandation pour le développement de l’UA comme pénétrateur cinétique n’a jamais été mentionnée dans la note de Groves. C’était spécifiquement pour la dépopulation.

​​​​La note de Groves indique clairement qu’en 1943, les scientifiques US recommandaient l’usage d’armes à gaz toxiques radioactifs afin de souiller l’air, l’eau, le sol, la nourriture, l’environnement et le sang des populations exposées. La contamination à long terme est permanente, puisque l’uranium-238 a une demi vie de 4,5 milliards d’années, rendant les régions souillées inhabitables pour l’éternité.

​​​​Pour les populations qui doivent continuer à vivre dans les zones contaminlées, les effets à long terme sont la maladie chronique et la détérioration de leur ADN. La contamination par l’UA largement répandue dans les populations a comme effet la dégradation potentielle de l’ADN des futures générations. Les détériorations induites dans l’ADN d’un simple œuf ou du sperme qui fertilise un œuf se manifestent et se répètent dans chaque cellule de l’organisme en développement, et les défauts se transmettent à toutes les générations futures (11).

​​​​Non seulement les soldats US et alliés sont exposés et les populations civiles sont la cible d’un génocide, mais la contamination par l’UA est maintenant mondiale (12, 13). En réalité, nous sommes tous des vétérans de la Guerre du Golfe.

Les armes à l’UA, utilisées à échelle régionale, remplissent les objectifs du National Security Council US, comme c’est déclaré dans le « Global 2000 Report : Vision of a Gloomy World » (1980). (14) Ce rapport recommandait une dépopulation des pays du tiers monde impérative pour le dessein du gouvernement US de mettre en sûreté le minerai et les autres ressources stratégiques.

La contamination atmosphérique globale par des particules d’UA aura comme conséquence une dépopulation massive à échelle mondiale. En augmentant le taux de mortalité et en diminuant le taux de natalité mondialement, on éliminera plus de 2 milliards de personnes.

L’UA est l’arme idéale de dépopulation amenée par le Nouvel Ordre Mondial. Simplement en quelques années il a transformé la planète Terre en étoile morte.

 

La dépopulation et l’accumulation de capital

Ce qui suit est la thèse politique de dépopulation exposée dans cet article : La dépopulation et le génocide massif intentionnels sont des politiques centrales pour lesquelles les élites régnantes conduisent les relations internationales, le développement d’aide économique, le développement des armes stratégiques et la conception des guerres fabriquées.

Le but opérationnel de cette politique de dépopulation intentionnelle est la réduction de la population humaine. Avec l’approbation présidentielle, l’ancien secrétaire d’État US Henry Kissinger avait présenté le chiffre de 2 milliards de personnes comme un niveau de réduction souhaitable, mais en fait la politique de dépopulation peut chercher une réduction de 2 à 4 milliards, jusqu’à deux tiers de la population mondiale.

Cette politique de dépopulation est voulue par l’élite régnante mondiale pour obtenir en résultat le contrôle des ressources minérales et stratégiques et de l’eau, et le contrôle total sut les richesses du monde. Le qualificatif le plus commun de la politique de dépopulation est « le Nouvel Ordre Mondial. »

« Toutes les guerres ont une origine économiques, » disait Bernard Baruch, conseiller des présidents pendant la Première et la Deuxième Guerre Mondiale.

Même les Croisades du 13ème siècle au Moyen-Orient n’étaient pas des guerres religieuses, mais une tentative par des intérêts spéciaux en Europe de rétablir et de prendre le contrôle des richesses et des revenus de la Route de la Soie (15). La théologie a été créé pour éliminer les « ennemis de Dieu » afin de promouvoir et de justifier les guerres des Croisades, qui étaient disputées pour des avantage économiques cachés. L’histoire du Moyen-Orient se répète au 21ème siècle.

La politique de dépopulation du Nouvel Ordre Mondial a été consciemment accélérée pendant la Deuxième Guerre Mondiale avec le Projet Manhattan. Pendant cette guerre, le Projet Manhattan a développé trois armes de destruction de masse interdites et abominables : les bombes atomiques jetées sur les populations civiles d’Hiroshima et de Nagasaki en 1945, l’Agent Orange, un défoliant développé pour la guerre du Viêt-nam, et les armes radioactives aux gaz toxiques de l’UA employées en Irak, en Yougoslavie, en Afghanistan et au Liban depuis 1991. Ces armes de destruction de masse ont été développées précisément pour l’objectif de dépopulation.

Après la Deuxième Guerre Mondiale, l’élite régnante internationale, les Illuminati, la London Money Power, le groupe Bilderberg, le Club de Rome, et les Skull and Bones, et aux USA, le Council on Foreign Relations, la Trilateral Commission, le National Security Council et le Département d’État, ont tous fait de la dépopulation de 2 milliards de gens leur première priorité. Le but de ce génocide de masse planifié est de maximiser les profits et d’accumuler les richesses.

La dépopulation en Afrique

La politique de dépopulation a visé l’Afrique plus lourdement que tout autre continent, ayant comme conséquence le pillage de ses vastes ressources naturelles par les élites régnantes. C’est une « coffre au trésor » de minerais et de métaux précieux, rares et stratégiques, avec plus de riches ressources variées que tout autre continent.

Le livre, « Tiny Rowland : The Ugly Face of Neocolonialism in Africa, » (16) expose les détails du rôle que jouait Tiny Rowland, comme agent de la Reine Britannique, en transformant les rêves d’indépendance des nations Africaines des années 60 en un cauchemar de continent mourant, infesté par la famine et la maladie. Rowland était le directeur général et l’architecte en chef de Lonrho, la compagnie multinationale Britannique qui était le quartier général du pillage des pays africains grâce à de sales tours économiques.

À travers Lonrho, Rowland est devenu le plus grand homme d’affaires occidental d’Afrique. Le livre détaille aussi comment Rowland a créé les mines de Rio Tinto pour les considérables holdings d’uranium privées et personnelles, valant plus de 6 milliards de dollars, de la Reine d’Angleterre dans d’anciennes colonies Britanniques. Pas mal pour un Allemand ancien des corps de jeunesse Nazis, qui était reconnu coupable en Allemagne avant qu’il change son nom, déménage en Angleterre et devienne le flibustier de la Reine.

La thèse de la politique de dépopulation se prolonge à la collaboration internationale et à l’alliance entre organismes privés, universités, sociétés, gouvernements, corps militaires et quasi-gouvernementaux. Le concept du SIDA, une nouvelle classe d’armes biologiques, est sorti du Club de Rome et a été fabriqué dans les laboratoires du ministère de la Défense US.

Le SIDA était l’une des bio-armes « exotiques » développées primitivement. Il a été développé et administré par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Département de la Défense US (DOD). Le Congrès a financé le projet de développement du SIDA, utilisé pour la dépopulation de l’Afrique en combinaison avec la famine, deux manières connues pour augmenter rapidement le taux de mortalité.

Le rôle des universités

Les universités ont joué un rôle important dans le développement des armes de destruction de masse et dans la mise en application des politiques de dépopulation. Les subventions du DOD jouent de plus en plus un rôle important dans le financement de la recherche scientifique aux USA.

En plus de diriger les laboratoires d’armes nucléaires, UC Berkeley a commencé une recherche financée par le DOD pour développer des « insectes volant espions robots, » de la « poussière futée » et d’autres projets incités par les événements du 11 septembre 2001. C’est bénin comparé à l’Université Johns Hopkins, le plus grand bénéficiaire aux USA du financement du DOD, qui reçoit presque 350 millions de dollars par an (17). L’université Johns Hopkins et le le laboratoire national Lawrence Berkeley, où commença le Projet Manhattan pendant la Deuxième Guerre Mondiale, ont été impliqués dans la recherche sur d’autres aspects de la politique de dépopulation, le « projet du génome. »

Le projet du génome est un programme scientifique presque achevé pour dresser une carte du génome humain. Relever le génome humain et le développement de nouvelles bio-armes vont de pair. Secrètement, et en violation du droit international, les bio-armes exotiques ont été en développement intensif dans plus de 100 laboratoires gouvernementaux et militaires aux USA pendant les dernières décennies.

Le développement des bio-armes et l’expansion des laboratoires se sont intensifiés sous le secrétaire de la Défense Donald Rumsfeld à des niveaux sans précédent après 2000 (18). Elles sont rentables, quelque chose pour laquelle le radin Donald Rumsfeld était connu, mais elles n’ont rien de neuf. En 1948, lors d’une entrevue entre Heinrich Mueller, l’ancien chef de la Gestapo, et son interrogateur de la CIA, Mueller reflétait le même souci de pingrerie mesquine caractéristique des fascistes :

 

Si Staline envahit l’Europe… une petite maladie ici et là éliminera ses hordes et laisserait tout intact. En outre, une petite bouteille de germes est tellement meilleur marché qu’une bombe atomique, n’est-ce pas ? Pourquoi, tiendriez vous plus de soldats dans votre main que Staline pourrait probablement en commander et vous n’avez pas à les alimenter, à les vêtir ou à leur fournir des munitions. D’autre part, la menace de la guerre… fait des merveilles… pour l’économie. (19)

Apparemment, la conception de nouvelles sortes de bio-armes pour le DOD peut être dangereux pour la santé d’un scientifique. Plus de 50 scientifiques de classe mondiale ont été assassinés depuis 2002 aux USA et au Royaume-Uni. Presque tous étaient des microbiologistes travaillant sur des bio-armes ethniques. (20, 21)

Quand les programmes de contrôle de population ont échoué dans les pays du tiers monde, la politique étrangère US s’est montrée secrète et violente. Après que les programmes de contrôle des naissances et de stérilisation aient échoué en Inde, c’est devenu la cible d’une forme de politique de dépopulation mortelle et démoniaque comportant les bio-armes et les radiations.

Le SIDA s’est maintenant propagé à travers la moitié sud de l’Inde. L’UA emporté dans l’Himalaya, au Pakistan et dans les riches sables pétrolifères du Ràjasthàn, de l’Utar Pradesh et du Goudjerate souille la moitié nord de l’Inde et les eaux de neuf fleuves principaux d’Asie au plus près de leur source dans l’Himalaya.

Les guerres radioactives

Les lourds bombardements en tapis et en quadrillage avec de l’UA entamés en 2001 par les militaires US du côté oriental de l’Afghanistan ont garanti une grave contamination dans les zones neigeuses encaissées des régions montagneuses fournissant l’eau au Pakistan et aux régions occidentales de l’Inde. En souillant les approvisionnements d’eau vitale dans de vastes régions avec des contaminants radioactifs, une guerre nucléaire de bas niveau, secrète et invisible, est effectuée contre l’Asie.

Les guerres radioactives avec le rayonnement de bas niveau abîmera l’ADN de toutes les êtres vivants exposés. Ce n’est pas simplement une guerre contre les gens ; c’est une guerre contre l’environnement. Peu d’êtres vivants échapperont au lent empoisonnement radioactif qui dégrade l’ADN et qui est passé sur toutes les générations futures.

Les armes biologiques sont en développement et en test pour contrôler la population. La stérilisation obligatoire a servi comme moyen de contrôle des populations a été introduite secrètement dans des pays du tiers monde, où les femmes recevant des vaccins ne pouvaient jamais obtenir une naissance vivante après la vaccination. Ceci a été rapporté dans un documentaire de la BBC sur des femmes des Philippines et du Mexique qui avaient servi de cobayes pour un nouveau vaccin expérimental contre la grossesse. (22)

Le vaccin HCG incite le corps de la femme à rejeter les nouvelles grossesses. Des femmes noires non volontaires ont été stérilisées dans des hôpitaux sud-africains avec le vaccin HCG. Elles ont dit, après la naissance d’un bébé, « nous ne pouvions pas quitter l’hôpital avant d’avoir eu  » cette piqûre  ». » (23)

Des nouveau-nés noirs, nés de parents sans SIDAS, ont reçu des vaccinations avant de quitter l’hôpital en Afrique du Sud, et il a été bientôt constaté que les bébés avaient le SIDA. (24) Dans quelques tribus indiennes, jusqu’à 80 pour cent des femmes sont stériles. Les récoltes biopharmaceutiques sont un désastre dont la venue est attendue. Le Dr. Ignacio Chapela a rapporté que du maïs spermicide était testé par des compagnies de drogue au Mexique :

Certains au Mexique se sont inquiétés de la possible pollution de leurs champs par le maïs biopharmaceutique. Silvia Ribeiro, qui dirige le bureau du Groupe ETC à Mexico, a remarqué avec inquiétude que Epicyte Corp. basée en Californie revendique un maïs spermicide à usage contraceptif. « Le potentiel du maïs spermicide comme arme biologique est très élevé, » a-t-elle averti, se rappelant l’usage de stérilisations obligatoires contre le peuple autochtone. (25)

Nous ne pouvons plus longtemps faire confiance à ce qui étaient les soutènements de la vie. Les armes de dépopulation de l’élite régnante sont dans le ciel, dans la nourriture, dans les vaccins, dans les procédures médicales, dans l’eau potable, dans les sols et même dans notre corps pour être passées aux générations futures. L’ironie dans ce plan démoniaque est que nous n’avons jamais été informés. La décision a été prise pour nous — d’affronter le génocide et la mort dès la naissance.

L’énergie nucléaire

Les réacteurs nucléaires sont concentrés en plus grand nombre en Europe, en Amérique du Nord et au Japon où sont localisés les gouvernements les plus démocratiques du monde. Forcément, les gouvernements démocratiques seront les premières cibles de l’élite régnante en formant un gouvernement de sociétés mondial.

Pour cette raison, l’énergie nucléaire a été mise en application par des forces cachées puissantes, en dépit de l’opposition largement répandue et à long terme des citoyens de ces pays « démocratiques ». Le fait que l’énergie nucléaire est la technologie énergétique la plus coûteuse, sans solution pour l’élimination des déchets radioactifs, a été ignoré.

Les centrales électriques nucléaires délivrent les mêmes produits mortels de fission dans leurs émissions pendant des mois et des années qu’une bombe nucléaire les délivre en une nanoseconde. L’exposition chronique au rayonnement de bas niveau des émissions libérées par les centrales électriques nucléaires peut être de nombreuses façons plus mortelle que l’exposition aiguë à une explosion de bombe nucléaire.

Les produits de fission aux demies vies très courtes des essais atmosphériques se dégradent dans l’atmosphère. Mais ces mêmes dangereux produits de fission émis par les centrales électriques nucléaires arrivent dans les communautés en quelques heures. L’exposition chronique des populations dans les décennies passées a causé une souffrance incalculable, des dommages de santé publique et le sacrifice de générations d’enfants, le futur de nos pays.

Les radiations

Les radiations ont un effet mutagène très puissant, détruisant l’ADN et le futur génétique des individus et des populations exposés de manière chronique. Elles détruisent aussi le fonctionnement cérébral et causent de nombreuses maladies liées aux rayonnements.

Le taux élevé de stérilité, lié en particulier aux radiations, augmente mondialement depuis 1945. Il y a vingt ans, 80 pour cent du sperme des hommes étaient normal globalement et 20 pour cent avait l’ADN endommagé. Aujourd’hui, c’est l’inverse, avec seulement 20 pour cent du sperme normal globalement et 80 pour cent avec de l’ADN endommagé. Le but du Nouvel Ordre Mondial est de réduire le taux de natalité et d’augmenter le taux de mortalité mondialement.

Le Dr. Ernest Sternglass et le Radiation and Public Health Project (26) ont indépendamment collecté plus de 6.000 dents de jeunes enfants vivant autour de centrales électriques nucléaires. Ils ont constaté que le niveau de radiation du strontium-90 dans les dents est aussi élevé ou plus élevé maintenant que pendant les essais atmosphériques.

 

Le Dr. Sternglass, que le président Kennedy invita à témoigner au Congrès sur le lien entre le rayonnement des retombées radioactives et le cancer chez les enfants, a aidé à convaincre le Sénat de signer le Partial Test Ban Treaty en 1963. Il a récemment déclaré, « Ce que nous avons fait est de remplacer les retombées radioactives des essais de bombes par les soi-disant petites émissions autorisées des centrales nucléaires. » (27)

À l’intérieur du pays, le programme du gouvernement US de promotion de l’énergie nucléaire comme énergie « très bon marché au compteur » sous le président Eisenhower avait un ordre du jour militaire caché comme seule source de plutonium connue pour les armes nucléaires. En accord avec la politique de dépopulation des élites régnantes, du génocide intentionnel et de la maximisation du profit, le programme énergétique nucléaire a servi d’arme stratégique secrète et de forme clandestine très mortelle de guerre nucléaire manigancée.

La Russie et le Japon se distinguent maintenant en étant deux des quelques pays du monde où le taux de mortalité est plus élevé que le taux de natalité. Les radiations dans ces pays ont-elles quelque chose à voir avec la distinction d’avoir accompli le but final du Nouvel Ordre Mondial ?

L’accident de Chernobyl, libérant d’énormes quantités de produits frais de fission dans l’atmosphère le 26 avril 1986, a contribué à la chute de l’Union Soviétique. Les radiations ont parcouru le monde, causant des grappes de cancers du sein partout où la pluie a fait tomber les produits de fission de l’atmosphère. La Russie est un vieil homme malade de l’impact de cet accident.

Un illustrateur scientifique a tracé le chemin du rayonnement de Chernobyl à travers l’Europe en dressant la carte des insectes en mauvais état sous la route du nuage de Chernobyl. Aujourd’hui, une pandémie de diabète en Europe résulte des radiations des essais atmosphériques français au Sahara, de Chernobyl et de l’UA utilisés sur les champs de bataille depuis 1991.

Le Japon a déjà une stérilité très élevée, avec un taux de natalité en baisse et un taux de mortalité croissant, ainsi qu’une épidémie de maladies liées aux rayonnements de ses 56 réacteurs nucléaires. Mais l’ouverture de Rokkasho, la plus grande installation de retraitement nucléaire du monde, le 1er avril 2006, détruira le Japon. Il semble prophétique qu’elle ait commencé à fonctionner ce jour-là, à moins que ce soit juste l’humour tordue de la CIA.

L’accord de construire le premier réacteur thermonucléaire du monde, maintenant situé à Rokkasho au nord du Japon, a été pris ironiquement lors d’un sommet en 1985 entre Reagan et Gorbachov. Il libérera des émissions équivalentes en un an à celles de 365 nouveaux réacteurs nucléaires. Il y a seulement environ 411 réacteurs nucléaires commerciaux dans le monde. Le Japon aura bientôt des émissions radioactives équivalentes à 419 réacteurs nucléaires, dans un pays de la taille de la Californie. Le Japon subit un grand tremblement de terre de magnitude 8 ou plus tous les 5 ans !

Les gouvernements du monde dissimulent les maladies liées aux rayonnements autour des centrales électriques nucléaires, à l’accident de Chernobyl et aux rayonnements de bas niveau. Il y a des gens dans les lieux élevés du Japon qui savent quel sera l’impact de Rokkasho sur la santé, l’environnement et la santé publique. L’information est déjà disponible dans les statistiques vitales annuelles publiées tous les ans par le gouvernement japonais. Pourquoi donc un gouvernement empoisonnerait et détruirait sciemment ses propres citoyens ?

Il existe une alliance nucléaire internationale cachée très puissante. L’énergie nucléaire, l’approvisionnement et les prix de l’uranium, est contrôlée globalement par le syndicat des Rothschild. Ce pouvoir et ce contrôle n’étaient pas manifestes au début.

Dans une série de deux volumes, « The Rothschilds, » le journaliste japonais Takashi Hirose a exposé les mécanismes bien cachés du contrôle de l’énergie nucléaire par le syndicat des Rothschild. L’un des Rothschild sert de directeur commercial à la Reine d’Angleterre, qui possède en privé et en secret d’énormes intérêts dans les holdings de l’uranium en Afrique, au Canada et en Australie à travers les mines de Rio Tinto.

Les tableaux dans les livres de Hirose sur les mariages consanguins des Rothschild révèlent que depuis des siècles le syndicat des Rothschild s’est largement marié avec les familles royales et la noblesse mondiale. Il a aussi révélé que la mère de la Princesse Diana était une Rothschild à travers des mariages consanguins plusieurs générations en arrières. Il est facile de comprendre comment l’élite régnante et du pouvoir de l’argent de Londres ont partagé des intérêts et des objectifs communs, puisqu’ils tirent mutuellement avantage de former des alliances. Et ils savent qu’il est facile de suborner les fonctionnaires élus.

Les trois guerres nucléaires secrètes

Avec peu de sens moral pour la communauté globale, l’élite régnante mondiale régnante a effectué trois guerres nucléaires secrètes continues qui se chevauchent depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, avec les essais atmosphériques, les centrales électriques nucléaires et les armes à l’UA. Les technologies nucléaires répondent certainement à ses buts politique de dépopulation et, en même temps, à la maximisation des profits puisqu’elle possède les sources d’uranium requises pour le combustible nucléaire et a des droits acquis dans l’énergie nucléaire.

L’élite régnante a aussi des liens avec les compagnies pharmaceutiques, qui favorisent leur objectif de profit maximum. Elles sont payés pour gâcher la santé, elles sont payés pour l’améliorer et elles sont payés pour traiter les maladies qu’elle ont causées. Ça redouble les affaires — le capitalisme extrême dans toute sa splendeur.

La meilleure manière de les arrêter est pour les villes et villages de sortir du réseau. Les citoyens doivent posséder les compagnies électriques et changer en choisissant des formes d’énergie renouvelables, passives et non destructrices. L’économie pétrolière est un jeu d’arnaque avec de l’extorsion, du racket et de la fraude donnés en plus.

La peur du « pic pétrolier » est un canular, connu de tout géologue parce qu’il est recyclé tous les 20 ans pour remonter les prix du pétrole. Son Excellence le Shiekh Ahmed Zaki Yamani, ministre saoudien du pétrole de 1962 à 1986, pense que l’âge du pétrole ne finira pas par pénurie mais par la technologie. Le prix du pétrole était destiné à s’effondrer à long terme et le monde n’épuisera jamais la dernière goutte, parce qu’il n’en aura pas besoin : « L’âge de Pierre ne s’est pas terminé par manque de pierres, et l’âge du pétrole ne se terminera pas parce que nous n’en aurons plus. » (28)

Mondialement, l’énergie nucléaire est abilement promue comme une « énergie propre » et comme une solution au réchauffement global par les marchands ambulants de propagande de l’établissement comme Al Gore, mais elle ne l’est pas. Il existe un ordre du jour caché et une association économique secrète entre membres de l’élite régnante, avec des droits acquis et des bénéfices énormes à faire à partir de la promotion de l’énergie nucléaire.

L’association cachée des élites régnantes, plus précisément de certains membres des empires économiques Anglais et US, a été exposée dans «The Queen’s Death Star: Bush, Cheney, Howard and the Queen. » (29) Près de son coeur est la City de Londres, le centre financier du groupe oligarchique dirigé par le Prince Consort Royal Philip. En foi et en pratique, le Consort Royal est un grand fan du génocide. Il a déclaré : « Si j’étais réincarné, je souhaiterais revenir sur Terre en virus tueur pour abaisser le niveau de la population humaine. » (30)

Le Consort Royal reflétait simplement les pessimistes prévisions économiques malthusiennes concernant le futur de l’humanité et « l’explosion de la population » au 18ème siècle. Le riche Anglais Thomas Robert Malthus comptait que des forces telles que la guerre, la peste, la famine et la peste, élimineraient la population en expansion. Les pensées de la politique de dépopulation pour le gain économique par l’élite régnante étaient bien vivantes, même au 18ème siècle.

Une nouvelle guerre nucléaire secrète se développe en Asie, favorisée par une association des mêmes élites régnantes dans les empires économiques Britanique et US. Récemment, les relations internationales ont conduit l’énergie nucléaire comme une forme d’aide au développement économique dans les pays : Corée du Sud, Japon, Chine et Inde, connus comme les « Économies du Tigre » :

La montée de la puissance économique des Économies du Tigre est la plus grande menace pour les empires économiques des Anglais et des USA. Depuis 2003, l’énergie nucléaire a été forcée en Corée du Sud, au Japon, en Chine et en Inde par le président Bush, le vice-président Cheney et Howard, le premier ministre d’Australie.

Le programme Britannique de développement de l’énergie nucléaire en Asie est un remake des Guerres de l’Opium en Chine il y a plusieurs siècles. Les Guerres de l’Opium ont été créées uniquement pour le gain économique Britannique en affaiblissant le principal gouvernement du monde pour le millénaire.

L’ordre du jour caché de dépopulation et d’affaiblissement des pays qui constituent une menace est répété en affectant les économies dynamiques qui se développent en Asie avec des longues maladies chroniques grâce à l’empoisonnement des rayonnements et l’altération du futur génétique de vastes populations. Rien de neuf, les empires économiques Anglais et US sont abominables pour demeurer « les économies des hommes dans le coup » avec une faim insatiable pour les ressources et les richesses des autres.

La privatisation des armes nucléaires pour l’élite régnante

Le programme d’armement nucléaires au Royaume-Uni a été privatisé dans les années 80. Les entrepreneurs Britanniques sont des sociétés avec des liens au pouvoir financier de Londres. Le contrôle des armes nucléaires devrait toujours être entre des mains civiles, pas sous contrôle militaire, parce qu’ils les emploieront pour faire leur job, tuer des gens et détruire des trucs sans responsabilité pour les conséquences.

Mais « entre des mains civiles » ne signifie pas non plus entre les mains de sociétés contrôlées par les élites régnantes. Elles les utiliseront même plus vraissemblablement pour satisfaire leurs objectifs de longue date de dépopulation et d’accumulation des richesses.

Marchant sur les traces de la Grande-Bretagne, le programme d’armement nucléaire US a subi une privatisation au cours des quatre dernières années. George Schultz, ancien directeur général de Bechtel et ancien secrétaire d’État, a aidé à faciliter cette transition. Bechtel est l’une des nouvelles sociétés associées au contrat de gestion des laboratoire d’armements nucléaires de Los Alamos, en partenariat avec l’Université de Californie, le seul manager incontesté depuis 61 ans.

Deux très importants changements de contrat ont été faits en cours de négociation du nouveau contrat, qui a été attribué à l’université et à Bechtel en décembre 2005. Les laboratoires d’armements nucléaires de Los Alamos et/ou de Livermore sont devenus des établissements de fabrication pour la production de cœurs de plutonium d’armes nucléaires.

Ceci viole la charte de l’Université de Californie, qui est de conduire la recherche scientifique de base dans les laboratoires d’armes nucléaires. Et le deuxième très important changement de contrat, qui a été évoqué momentanément lors d’une réunion des régents d’UC par un régent en séance, était la phrase du contrat qui élimine la liberté universitaire des scientifiques conduisant la recherche à Los Alamos [ce qui veut dire aussi qu'ils ne sont plus tenus de publier de documents sur leurs recherches, ce qui est le devoir de la communauté scientifique en général, NDT].

Le changement donne aux amiraux du Nuclear Weapons Program Office au ministère de l’Énergie le droit de « tuer ou d’approuver » la recherche de scientifiques particuliers de Los Alamos. Cela viole aussi la charte de l’Université de Californie, qui exige que les laboratoires d’armes nucléaires soient des lieux où la recherche fondamentale est conduite en garantissant la liberté universitaire, pas un établissement de production où on dit aux scientifiques ce qu’ils doivent faire.

L’amiral Foley, le vice-président d’UC, a rapidement écarté la question de la table et a dit que le changement « ne signifiait rien et ne servirait jamais. » Un an après lors d’une conférence de presse tenue pendant une réunion des régents d’UC en août 2006, les deux présidents de l’Université de Californie, le Dr. Dynes, et le président des régents d’UC, Gerald Parsky, démentaient à cet auteur [à Madame Leuren Moret, NDT] que Livermore ou Los Alamos produisait des cœurs de plutonium.

Cet auteur s’était référé à une déclaration contraire faite par l’amiral Linton Brooks, l’administrateur de la National Nuclear Security Administration sous le ministère de l’Énergie lors d’une réunion des régents d’UC le 15 mai 2003 :

L’amiral Brooks a aussi informé le Conseil des Régents que, « nous sommes de retour dans les affaires de bombes » parce que Los Alamos avait juste produit le premier ‘cœur’ de plutonium depuis Rocky Flats fermée définitivement. Il a indiqué qu’ils feront seulement des mini-armes nucléaires, et que leurs essais débuteront sur le Site d’Essais du Nevada en 2005. Une heure plus tard, et 72 kilomètres plus loin, il annonçait aux employés de Livermore que, « nous sommes de retour dans les affaires de bombes » et qu’ils en feraient des grosses, quelques petites et d’autres. À cette époque il m’a semblé que l’amiral Brooks avait un caractère retors, et j’ai commencé à me demander pourquoi un amiral était impliqué. (31)

Comme plusieurs hommes des relations publiques d’UC sont intervenus pour protéger le président Dynes et Parsky, le président des régents d’UC, ils se sont soudainement relevés de la table et se sont précipités hors de la conférence de presse sans répondre aux questions. La déclaration de l’amiral Brooks avait récemment été confirmée :

De multiples postes des aménagements pour le plutonium du Laboratoire National de Los Alamos travaillaient récemment pour être prêt à la production et `démontrer’ aux sceptiques qu’il pouvait faire ce travail en dépit des insuffisances sécuritaires de longue date et des bâtiments vieillissants. (32)

Il résultera du nouveau contrat davantage d’allocations du gouvernement US aux sociétés, centrées autour du besoin et de la construction d’un nouveau complexe d’armes nucléaires connu sous le nom de « Complexe 2030. »

Le commentaire que peut faire le public avec son attention limitée dans l’examen du processus du Complexe 2030, est que la production commencera le plus probablement et qu’une nouvelle usine de production de cœurs, la pièce maîtresse du Complexe 2030, sera en fait construite, au Laboratoire National de Los Alamos.

Une chose bizarre est arrivée. Fin 2007 la National Nuclear Security Administration espère commencer un nouveaux lot de fabrication d’ogives nucléaires, la première en 18 ans. Le but est de faire environ 70 ogives W88 sur trois à quatre ans pour le déploiement sur les missiles ballistiques lancés des sous-marins.

Si chaque nouvelle ogive construite aura 475 kilotonnes de rendement explosif. Alors ce seule lot de fabrication créera plus de 10 fois la puissance explosive utilisée durant la Deuxième Guerre Mondiale (qui était d’environ 3 mégatonnes). Dit autrement, ces nouvelles ogives auront l’énergie explosive de 2.217 Hiroshimas. Elles fourniront plus de rendement nucléaire que l’arsenal britannique entier. (33)

En fin de compte, le pouvoir de l’argent de Londres aura le contrôle des programmes d’armes nucléaires au Royaume-Uni et aux USA, et la Navy suivra les ordres et distribuera la mort aux populations visées. La garantie de la conception soutenue des programmes de dépopulation par des guerres nucléaires complotées est difficile à nier quand l’élite régnante et les militaires ont en définitive le contrôle total des programmes d’armes nucléaires en Grande-Bretagne et aux USA. En fait, il a été considéré par l’élite régnante depuis des décennies et il est toujours sur la table, prêt à être mis en exécution. Les menaces nucléaires US et israéliennes contre l’Iran viennent à l’esprit.

En considérant les manières effectives de développer des programmes de dépopulation, le Club de Rome, Bilderbergs, etc. considéraient une brève guerre nucléaire comme une méthode de dépopulation… et cette considération a été laissée ouverte. Elle n’a pas quitté la table d’options. (34)

 

Les essais atmosphériques

Depuis la Deuxième Guerre Mondiale, dans le but de dépeupler, l’élite régnante a effectué des guerres nucléaires secrètes sous des dehors d’essais atmosphériques « pour la sécurité nationale, » de centrales nucléaires « bien meilleur marché au compteur » et de projectiles à l’UA « pour l’énergie cinétique ». Il semble indéniable maintenant que la décision de déplacer les essais des armes nucléaires du Pacifique aux USA continentaux au début des années 50 avait un but caché.

Les horribles effets de santé et l’impact environnemental dévastateur des essais atmosphériques avaient été établis par les tests conduits par le gouvernement US dans le Pacifique sur les Îles Marshall et l’atoll de Bikini. Il est difficile d’éviter la conclusion que les essais atmosphériques des armes nucléaires sur le Site d’Essai du Nevada avaient un avantage caché de dépleuplement des USA à court et à long terme.

Le gouvernement US se rendait bien compte des dommages qu’il ferait et de l’indignation du public s’il les découvrait. Alors, afin de l’éviter, l’Atomic Energy Commission et les militaires ont ensemble formé l’Environmental Protection Agency pour cacher les effets sur l’environnement, les Instituts Nationaux de Santé, l’Institut National du Cancer, et le Centers for Disease Control [le CDC, ou centres pour le contrôle des maladies, dépendant du Pentagone, NDT]. Ces agences du gouvernement ont servi de couverture aux tromperies et aux mensonges pour le public, comme avec le cancer — avec un taux montant en flèche du cancer du sein –, la mortalité infantile et toutes les autres maladies mortelles, les détériorations et le déperissement liés aux rayonnements.

À cause de leur grand nombre — presque 1.000 — sur le Site d’Essais du Nevada, plus que dans tout autre pays, les d’essais nucléaires ont affecté la santé publique aux USA. Les effets à long terme apparaissent toujours, comme une épidémie de diabète, qui s’est développée en pandémie mondiale.

Le coût du programme d’armes nucléaires en 1995 est estimé à 300 milliards de dollars. Le coût des soins de santé pour le diabète seul aux USA en 2005 s’élevait à plus de 132 milliards de dollars et il augmente chaque année. Et mondialement, les gouvernements dépensent 10 pour cent de leur budget de santé au diabète, dont le coût s’accroît chaque année. C’était une maladie rare avant 1945.

Une récente enquête mondiale de l’Organisation Mondiale de la Santé sur la santé mentale signalait que les USA avaient le taux de maladies mentales le plus élevé du monde, plus de 26 pour cent de la population (35). Le score des tests d’aptitude scolaire, faits au cours de la dernière année de lycée pour déterminer le placement en université, a diminuée dans la population US entière, de 480 pour les enfants nés en 1945 à 420 pour ceux nés en 1963 au pic des essais atmosphériques. Les scores des tests n’ont jamais été récupérés. Quand les essais atmosphériques se sont arrêtés en 1963, avec la signature du Partial Test Ban Treaty, l’électricité d’origine nucléaire a émergé pour empoisonner encore des générations d’enfants.

Depuis 1991, la pollution atmosphérique mondiale du gaz radioactif toxique d’UA est une autre — et bien plus efficace — manière de mettre en application la politique de dépopulation du Nouvel Ordre Mondial. La population est rapidement éliminée dans les régions où le minerai essentiel et les ressources stratégiques sont localisés pendant que l’ADN dégradé produit un nombre croissant de bébés avec des malformations de naissance, dont la gravité augmente avec le temps.

Les longues maladies chroniques ont un impact sur l’économie d’un pays et elles mettent un fardeau de santé sur les gouvernements déjà dévastés par la guerre. LE RAYONNEMENT DE BAS NIVEAU EST EN TRAIN DÊTRE UTILISÉ COMME ARME ULTIME DE DÉPOPULATION PAR L’ÉLITE RÉGNANTE.

Les cibles de la dépopulation

Nos politiciens sont des faire-valoir bien disposés à l’égard du pouvoir caché de l’argent qui régit le monde. L’élite régnante s’est servi de bio-armes, d’armes chimiques, d’armes électroniques, d’armes exotiques, d’armes nucléaires, d’armes radioactives et de tout autre moyen possible pour introduire le Nouvel Ordre Mondial afin de maximiser les bénéfices.

Dans les régions dont l’atmosphérique est polluée, le rayonnement de l’UA agit en synergie avec la pollution chimique comme « multiplicateur de force » qui multiplie les effets du rayonnement de 8 à 10 fois. Le Dr. Ernest Sternglass a rapporté qu’en réduisant le rayonnement de bas niveau de 90 pour cent, ses dommages sont seulement diminués de 50 pour cent. En d’autres termes, aux très bas niveaux, moins de rayonnement est plus dommageable, ce qui est connu comme l’effet supralinéaire.

L’uranium-235 a servi à « corser » les bombes à l’UA que les militaires US ont données à Israël pour leur attaque contre le Liban en été de 2006. Cela aurait la capacité d’accélérer les effets de santé défavorables dans la population exposée au Liban.

Le 12 juillet 2006, le jour où Israël commençait son attaque contre le Liban, une énorme fête était donnée par Shell, British Petroleum, Chevron et d’autres compagnies pétrolières US pour marquer l’ouverture du pipeline pétrolier de Ceyhan, depuis les champs pétroliers Caspiens juqu’à un port des eaux chaudes méditerranéennes de Turquie. Trois pipelines supplémentaires seront construits au large du Liban sous la mer pour transporter en Israël de l’eau, du gaz naturel et du pétrole.

​ ​​​« L’attaque de juillet » dévoilait la militarisation de l’est méditerranéen par les USA et présentait Israël comme le gendarme militaire de la région pour protéger le pipeline de Ceyhan. Peu de gens se rendent compte qu’Israël servira comme les USA de « distributeur d’essence » dans un port de la Mer Rouge pour les pays asiatiques. Les pays asiatiques ont été bloqués dans la construction de pipelines pétroliers vers les gisements pétroliers d’Asie Centrale, les forçant à acheter le pétrole aux USA et à d’autres investisseurs par l’intermédiaire d’Israël et à la transporter par la mer.

La note 200 du National Security Council (NSC), datée du 24 avril 1974 et intitulée « Implications de la croissance mondiale de la population pour la sécurité US et les intérêts d’outre-mer, » déclare :

Le Dr. Henry Kissinger a proposé dans son mémorandum au NSC que « la dépopulation devra être la plus haute priorité de la politique étrangère US envers le tiers monde. » Il a cité des raisons de sécurité nationale, et parce que l’économie US nécessitera de grandes et croissantes quantités de minerais de l’étranger, surtout des pays les moins développés… Partout où la réduction de la population peut augmenter les perspectives de stabilité, la politique de population devient appropriée pour les ressources, les approvisionnements et les intérêts économiques US.

Beyrouth, l’Iran, le Venezuela, la Colombie, les Philippines et d’autres régions pétrolières ont été citées par Kissinger et d’autres experts du gouvernement comme les principales cibles de la dépopulation. Notez les réserves et les pipelines pétroliers dans ces régions. Avant 1920, Herbert Hoover découvrait les plus grands gisements pétroliers du monde en Mer du Viêt-nam.

Le but principal de la guerre du Viêt-nam était la dépopulation par l’usage de défoliants tels que l’Agent Orange, pour provoquer le manque de récoltes et la famine dans la population. C’était le but déclaré de l’usage du défoliant — plus tard développé comme Agent Orange — quand il a été créée en 1943. Selon Thomas Ferguson de l’Office des Affaires de la Population du Département d’État, le projet leur est retombé sur le dos et la population du Viêt-nam a augmenté pendant la guerre. Mais les effets à long terme de l’Agent Orange résiduel ont fait leur travail, entraînant des malformations de naissance et de graves maladies dans la population après la guerre.

 

La fin de la partie

Derrière toutes les guerres civiles, les grandes et petites guerres des 60 dernières années, se trouvent des intérêts spéciaux en Grande-Bretagne et les empreintes digitales d’Henry Kissinger des USA sont partout dans le programme de dépopulation et l’utilisation de l’UA. Kissinger a été recruté dans le milieu universitaire par les Rockefeller, mais son vrai maître est Jacob Rothschild et le pouvoir de l’argent de Londres.

Le but final de l’élite régnante mondiale est de dépouiller de leurs ressources économiques les nations et de gagner le contrôle total des richesses du monde tout en réduisant la communauté mondiale à l’élite fasciste, capitaliste et communiste, le concept original du Communisme : un système à une seule classe avec un bas niveau de travailleurs esclaves. C’est le but indiqué par l’élite régnante depuis plusieurs centaines d’années, même avant que la population mondiale grimpe jusqu’au niveau modernes qui cause du souci.

Voici un rapport de David Rockefeller, président du Council on Foreign Relations de 1970 à 1985 : « Certains croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des USA, décrivant ma famille et moi comme des internationalistes conspirant avec d’autres dans le monde pour construire une structure politique et économique globale plus intégrée — un monde, si vous voulez. Si c’est l’accusation, je me tiens coupable, et j’en suis fier. » (36)

Les techniques agricoles modernes imposées par le FMI et la Banque Mondiale ont en fait diminué la production de nourriture dans les régions où les antiques techniques agricoles indigènes produisaient 10 fois plus de nourriture, comme autour du lac Titicaca, au Pérou et en Bolivie. « L’explosion de la population » est l’excuse pour la dépopulation intentionnelle et le génocide massif par les élites régnantes, et elle est maintenant rapidement mise en application à une échelle sans précédent.

Depuis 1991, en Irak, en Yougoslavie et en Afghanistan, les USA et leur associé militaire Britannique ont pillé et bombardé les vestiges culturels de ces pays réduits en décombres radioactives, détruisant les familles et effaçant la mémoire collective et l’expression des cultures et des civilisations antiques. Le pillage du musée de Bagdad a été projeté au Pentagone en janvier 2003 avec les mêmes marchands d’antiquités qui ont pillé les collections Nazies après la Deuxième Guerre Moniale. La destruction de l’identité nationale est aussi une partie du « plan. »

« Pour réaliser le gouvernement du monde un, » disait Brock Chisholm, ancien directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé de l’ONU, « il est nécessaire d’ôter de l’esprit des hommes leur individualisme, leur fidélité aux traditions de la famille et l’identité nationale. »

Le rêve ultime de l’élite fasciste, capitaliste et communiste, est en marche, et les citoyens du monde sont la vraie cible de la « guerre contre le terrorisme » aux niveaux local, régional et mondial. Le but de cette guerre est de provoquer un État autoritaire mondial. Les programmes génocides sont maintenant effectués globalement par toutes les méthodes possibles et s’étendent à l’échelle d’un génocide humain de masse.

Le crime de guerre ultime est l’omnicide, qui a modifié le génome de tous les êtres vivants sur Terre. Le génome de tous les êtres vivants, qui ont évolué sur 4,5 milliards d’années, a été modifié irréversiblement en moins d’un siècle. Les élites régnantes ont pris cette décision pour nous tous. C’est un jeu où tout le monde est perdant… sur l’Étoile Morte de la Reine.

Le génocide

L’article 2 de la Convention sur la Prévention et de la Punition du Crime de Génocide définit le génocide comme suit :

Dans la présente Convention, le génocide signifie tous les actes suivants commis dans l’intention de détruire, entièrement ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, tel que :

(a) Le massacre des membres du groupe ;

(b) Provoquer un grave tort physique ou mental aux membres du groupe ;

(c) Infliger délibérément à un groupe des conditions de vie a calculé pour provoquer sa destruction physique entièrement ou partiellement ;

(d) Imposer des mesures pour empêcher les naissances dans le groupe ;

(e) Transférer de force les enfants du groupe dans un autre groupe.

 

 

Références:

1- Communication personnelle, novembre 1991, du Livermore Nuclear Weapons Lab

2- Tribunal criminel international pour l’Afghanistan à Tokyo : Avis écrit final du juge Niloufer Bhagwat, 10 mars 2004 :

http://www.mindfully.org/Reform/2004/Afghanistan-Criminal-Tribunal10mar04.htm

3- Leuren Moret, « Armes utilisées, cibles frappées, intensité du bombardement du Liban par les militaires Israëliens », Beyrouth Indymedia, 26 août 2006 :

http://beirut.indymedia.org/ar/2006/08/5490.shtml

4- « Robert Fisk : Le mystère de la bombe secrète à uranium d’Israël, » The Independent, 28 octobre 2006 :

http://news.independent.co.uk/world/fisk/article1935945.ece

En français :

http://questionscritiques.free.fr/edito/Independent/Robert_Fisk/bombe_secrete_uranium_Israel_281006.htm

5- C. Williams D. Busby, « Davantage de preuves d’uranium enrichi dans les armes guidées utilisées par les militaires Israëliens au Liban en juillet 2006 : Analyse de filtre à air d’ambulance, » 3 novembre 2006 :

http://www.llrc.org

6- Département d’État, Protocole de Genève de 1925 sur les gaz toxiques :

http://www.state.gov/t/ac/trt/4784.htm

7- Code US, Titre 50, Chapitre 40, Section 2302 : « L’expression ‘arme de destruction de masse’ signifie toute arme ou dispositif prévu pour, ou ayant la capacité, de provoquer la mort ou des dommages corporels graves à un nombre important de personnes, par la libération, la dissémination, ou l’impact — (A) par des produits chimiques toxiques ou asphyxiants ou leurs précurseurs ; (B) par un organisme de maladies ; (C) par le rayonnement ou la radioactivité. » :

http://uscode.house.gov/uscode-cgi/fastweb.exe?getdoc+uscview+t49t50+1980+0++%28%29%20%20AND%20%28%2850%29%20ADJ%20USC%29%3ACITE%20AND%20%28USC%20w%2F10%20%282302%29%29%3ACITE%20%20AND%20%28CHAPTER%20ADJ%20%2840%29%29%3AEXPCITE%20%20%20%20%20%20%20

8- Département de l’Air Force, «Loi Internationale – La conduite des conflits armés et des aériennes,» Air Force Pamphlet AFP 110-31, pp.1-7 et 1-8.

9- Note de Groves : Plan pour les armements en uranium appauvri, 30 octobre 1943 :

http://www.mindfully.org/Nucs/Groves-Memo-Manhattan30oct43a.htm

10- James G Hershberg, « James B. Conant : d’Harvard à Hiroshima et la fabrication de l’âge nucléaire,» Stanford University Press, 1993, p. 244.

11- H.J.Muller, «Transmutation artificielle des gènes,» Science, Vol. LXVI, No. 1699, 22 Juillet 1927, pp.84-87.

12- C. Busby et S. Morgan, «Est-ce que l’utilisation d’armes en uranium dans la guerre du Golfe 2 a eu comme conséquence la contamination de l’Europe ? Évidence des mesures de l’Atomic Weapons Estabishment d’Aldermaston à Berkshire au Royaume-Uni,» Janvier 2005, Aberystwyth: Green Audit :

http://www.llrc.org/aldermastrept.pdf

13- Leuren Moret, «La mort de l’étoile de la Reine : L’uranium appauvri des champs de bataille du Moyen-Orient mesuré dans l’atmosphère Britannique,» Feb. 26, 2006 :

http://www.mindfully.org/Nucs/2006/DU-Europe-Moret26feb06.htm

14- «Rapport global de 2000 : Vision d’un monde sombre,» 1980, U.S. Government: ERIC No. EJ228905.

15- Communication personnelle avec Suzanne Nichols, Théologienne, Berkeley, Californie, 21 décembre 2006.

16- «Tiny Rowland : La face hideuse du néocolonialisme en Afrique,» par une équipe d’enquête de l’Executive Intelligence Review). Washington, D.C., 1993, 165 pages.

17- Le site Internet Fiat Pax est un projet des étudiants et du corps enseignant de l’UC Santa Cruz pour dépister les liens de l’université avec le DOD :

http://www.fiatpax.net/dohe/jhu.htm

18- Moret, L., «Les livres de santé publique de l’UC Berkeley sont maintenant classés confidentiels,» 22 février 2003 :

http://www.mindfully.org/Nucs/2003/Berkeley-Library-Classified22feb03.htm

19- G. Douglas, «Chef de la Gestapo : L’interrogatoire d’Heinrich Mueller par la CIA en 1948,» Vol. 2, p. 108.

20- M. Davidson, M. Ruppert, «Une carrière dans la microbiologie peut nuire à votre santé : Augmentation du nombre de morts en relation avec Dyncorp, Hadron, le logiciel Promis et la recherche sur les maladies émergentes,» de Wilderness, 28 février 2002 :

http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/02_14_02_microbio.html

21- « Les scientifiques morts ne racontent pas d’histoires,» Omega News, 26 mars 2005 :

http://omega.twoday.net/stories/592793/

22- D.C. Reardon, «Contrôle de la population et RU-486 : L’ordre du jour caché,» :

http://www.afterabortion.org/RU486.html

23- Communication personnelle avec une femme d’Afrique-du-Sud, Las Vegas au Nevada, novembre 2004.

24- Ibid.

25- C. Ruiz-Marrero, «Les récoltes biopharmaceutiques sont un désastre dont la venue est attendue,» Organic Consumers Assoc., 28 mars 2005 :

http://www.organicconsumers.org/ge/biopharm32905.cfm

26- Projet Radiation et Santé Publique :

http://www.radiation.org

27- L. Smith, «Have DU Will Travel»: «Ce que nous avons fait est de remplacer les retombées radioactives des essais de bombes contre de soi-disant petites émissions autorisées des centrales nucléaires,» interview avec le Dr. Ernest Sternglass, Lone Star Iconoclast, 28 février 2006 :

http://lonestaricon.com/2006/Archives/09/news07.htm

28- Special Report: «La colombe Saoudienne dans la nappe de pétrole,» The Observer Guardian, 14 janvier 2001.

29- Leuren Moret, 2006.

30- Le Prince Philip, Duc d’Edimbourg, chef de la Fondation de Faune Mondiale, cité dans «Êtes-vous prêt pour notre Nouvel Âge Futur ?» Rapport d’initiés, American Policy Center, décembre 1995.

31- Leuren Moret, «OPA furtive sur les armes nucléaires : Cinq amiraux, les régents d’UC, le groupe Carlyle et Rand,» San Francisco Bay View, 16 septembre 2004.

32- Los Alamos Working Group, « Décisions nucléaires clefs sur les ogive en instance, encore,» Action Alert N° 75, 23 décembre 2006

33- Ibid.

34- M.W. Cooper, «Behold a Pale Horse,» Light Technology Publishing, Flagstaff, Ariz., 1991, p. 167.

35- JAMA WHO.

36- David Rockefeller, «Memoires,» p. 405.

 

 

 

 

 

6 juin, 2007

Buffles Vs lions & crocos

Classé sous Videos — chamok @ 23:45

Nouvelle fable en vue..

On clique et on s’accroche: Image de prévisualisation YouTube

4 juin, 2007

Le responsable de ton/tes cancer(s) à venir

Classé sous Uranium Appauvri (U.A) — chamok @ 14:56

Un petit point sur l’uranium appauvri et les cancers

Début juin 2007:

« 45% (Quarante cinq pourcent) des décès dans les provinces méridionales irakiennes sont provoqués par le cancer ».

22% de leucémie de plus en 12 à 18 mois parmi les bébés et les enfants et 19% cancer du sein en plus durant cette même période. Au moins 3 enfants mal-formés naissent par jour dans les hôpitaux méridionaux irakiens.
L’uranium dit appauvri dont les militaires envahisseurs se sont servit sont autant de petites graines invisibles à l’oeil humain qui flottant dans l’atmosphère par milliards de milliards de particules (Estimation de ~400 000 particules par m3 dans l’atmosphère) forment une sorte de gaz qui par le simple fait de respirer vont se loger dans le corps pour passer dans le sang et/ou s’installer directement dans les poumons, les reins, pour faire leur travail de sape à irradier toutes les chairs qu’elles rencontrent tout en modifiant l’ADN définitivement et irrémédiablement

Les dégats produit par l’U.A sont plus ou moins rapide selon que l’on était éloigné les lieux des principaux bombardements. La zone méridionale irakienne est une des zones qui a été les plus touchée par les bombardements à l’U.A et comme Leuren Moret nous l’avait dit/écrit, nous devons nous attendre à avoir une explosion des cas de cancers dans les 5 années à venir. Et donc, cette explosion de cas de cancers, ne fait que commencer aujourd’hui en Irak et demain sera le tour d’abord des pays limitrophes pour ensuite former une pandémie que rien n’arrêtera.

Aujourd’hui ce sont déjà plus de 11 000 soldats vétérants qui sont morts chez eux et plus de la moitié des ~500 000 soldats restant sont invalides ou handicapés..
Ces milliards de milliards d’invisibles particules d’uranium , ce gaz est aujourd’hui partout sur les 2 hemisphères à faire flotter les petites graines porteuses d’autant de mines anti-personnelles qu’ont inhale à chacune de nos respirations. Les particules exécrées par le corps iront dans le sol ou les nappes phréatiques et recommenceront le cycle car elles sont INDESTRUCTIBLES

L’Uranium Appauvri est le tout tout premier responsable de ces cancers.

Peut-être pourrions-nous envisager très très sérieusement compter 2 milliards et demi de personnes tuées par cancers dû à l’uranium appauvri dans les 40 années à venir.
Cette info sera sans doute bientôt répercutée prochainement dans de très nombreux médias. Autant que vous soyez avertit avant eux puisque vous êtes des fidèles à vous donner la peine à venir à me déchiffrer..

..
Nous devons nous traîner ce fardeau de l’appellation « Uranium Appauvri » puisque c’est l’appellation officielle mais croyez bien qu’il n’a en rien l’aspect d’un pauvre sans ressources puisqu’il est indestructible et immortel ou presque ..(Au minimum 10 milliards d’années de vie totale.. soit plus que le restant de vie de la Terre, ce qui fait vraiment beaucoup pour une simple poussière invisible)

De plus en plus de liens sont consacrés à l’uranium dit appauvri aussi, je devrez faire les recherches par vous-même pour en savoir encore plus que ces deux liens:
http://peaceinspace.blogs.com/   Traduction

http://beagle17.gnn.tv/   Traduction

Vous pouvez/devez aussi vous tenir informer directement par les Alertes Google qui vous permettent de recevoir au rythme que vous voulez les infos que vous désirez
(Exemple:
-Vous écrivez dans les « termes recherchés:  » uranium appauvri,cancer  » ou  » depleted uranium,cancer  » pour recevoir des infos en anglais qui sont très nettement plus nombreuses.
- Vous choisissez le « type » des infos à recevoir, le « fréquence » de ces recueils d’infos
- Vous donnez votre email et vous allez recevoir très rapidement une demande de confirmation de l’envoi de ces Alertes Google
- Vous cliquez sur le lien de réponse du mail de Google et vous n’avez plus qu’à attendre que ces Alertes arrivent
..et vous pouvez créer autant d’alertes différentes que vous voulez.

Croyez-moi, surtout ne vous en privez pas! En plus cela permet de recouper les sources au plus vite .. et sans bien sûr! vous empêcher d’aller rechercher par vous mêmes dans des endroits plus ..confidentiels et encore plus sûrs.

 

 

 

Darfour

Classé sous Non classé — chamok @ 0:01

Darfour un jour, Darfour…


Tout le monde se prépare à aller prendre ses billets d’avion ou à aller chercher de la mousse et des chips pour assister en direct à un nouveau grand numéro des ricains venant en aide à des populations demanderesse de démocratie, de justice, de liberté..
Nous connaissons tous le scénar.

Inutile d’y aller par 4 chemins;
Ce qui va se passer au Darfour a été préparé de longue date par l’équipe des Bush père et fils qui avait déjà préparé le sauvetage de l’Irak 1, de l’Afghanistan et de l’Irak 2. Je résume sur ces 3 « guerres » parce que le blog n’y suffirait pas.. s’il fallait énumérer les coups tordus de cette équipe..
Les prétextes sont maintenant bien établis (Famine (Quasi « endémique »), tueries (De tous temps ils se battent entre ethnies), viols (Qui dit guerre, dit saloperies en tous genres..), esclavagisme (Région qui de tous temps sert de réservoir d’esclaves, perso, je connais un ex-esclave qui a racheté sa liberté après 20 ans de travail au service de son « propriétaire » français), Génocide (Maître mot servant à aller massacrer qui on veut) …etc…

Les médias chauffés à blanc vont pouvoir dégouliner leurs images sur vos écrans des sales méchants qui, donc..: affament, tuent, violent, réduisent à l’esclavage ..toute une région grande comme plusieurs fois la France. Les ONG, les « ONG » et les stars de Hollywood vont pouvoir venir/revenir faire leurs shows derrière les militaires qui s’implanteront dans des endroits pas trop trop « stratègiques » mais plutôt ceux recélant un sous-sol bien avantageux..
Pétrole, or, diamant, coltan, uranium.. et j’en passe..


Alors demain, comme hier pour l’Afghanistan, l’Irak …etc… ne dites pas ..on savait pas.


On va leur promettre le developpement, leur construire des solutions miracles qu’ils seront incapables d’entretenir faute de moyens, des barrages de retenus d’eau qui s’ensableront plus vite que l’eau arrivera. (On leur offrira même de l’eau désydratée!!
Innocent) On leur donnera la télé qu’il mettront 10 ans à payer, des semences de riz OGM …etc… la civilisation quoâaa ..contre leur sous-sol... et pendant qu’on assitera en direct à la plus grande « mission humanitaire de tous les temps ».. les autres guerres et conflits méneront grand train dans le silence médiatique le plus complet et ils continueront d’ignorer aussi que cette année, les cultures de pavots se portent à merveille en Afghanistan et en Irak, grace au concours de l’OTAN qui veille à ce que les cultivateurs ne soient pas trop génés par les guérillas..
Essayez de ne pas vous laisser abuser une fois de plus par des images et le baratin des menteurs professionnels qu’ils soient politiques ou médiatiques et assistez à voir comment on fait main-basse sur un pays avec l’assentiment mondial..

De très très nombreux liens sont bien sûr consacrés au Darfour, et si on veut faire court, mieux vaudrait se concentrer sur un site qui depuis de longues années suit ce conflit:

Ce lien est un petit résumé datant de 2006 est toujours d’actu., mais cherchez à l’aide de leur propre moteur de recherche encore plus d’infos sur le Darfour et/ou le Soudan même de plus anciennes qui déjà nous informaient sur ce qu’est réellement le Darfour et sur ce qu’il l’attend.

Vous pouvez également interroger Google pour en savoir encore plus.

 

Juste cette vidéo afin de montrer dans quel bourbier vont encore aller se/nous mettre les ricains uniquement pour posséder encore plus de matières premières:http://www.dailymotion.com/video/6lCybsPrjwlMSaPnG

 

..et si les médias ne remplissent qu’insuffisament leur rôle d’informer à faire connaître les interêts économiques ainsi que les véritables auteurs/acteurs du show qu’ils soient étrangers ou nationaux, je reviendrais à cette page pour la compléter avec les noms de toutes les crapules qui ont travaillé pour en arriver là.

 

 

29 mai, 2007

Hier, censure internet au Maroc et maintenant en France

Classé sous Non classé — chamok @ 23:57

Censure partout, c'est parti !

Hier, censure internet au Maroc et maintenant en France  dans Non classé la_censure
Photo
de Anastasie, symbole de la censure

Après avoir interdit des sites sympatisants des sahraouis Front Polisario, Livejournal et GoogleEarth sans trop d'explications, c'est le tour de YouTube d'être interdit au Maroc dans les mêmes conditions... et sans un mot par le principal FAI marocain

Nous-mêmes ici chez les cocoricos nous ne sommes plus à l'abri d'Anastasie qui avec ses grands ciseaux taille tant et plus sous absolument tous les pretextes. Le politiquement correct étant tout à fait implanté, il est sûr que notre tour est arrivé.

Dans un premier temps, il sera d'abord interdit d'aller là ou là puis les amendes ne suffisant pas à décourager la Liberté, viendra le tour d'Anastasie et alors, nous serons marocanisé ..ou sinotisé, ou encore barheinisé

Basta, ne laissons pas internet devenir ce qu'il est devenu dans tant de pays totalitaire... dont la France fait maintenant partie.

Lisez les forums et constatez combien sont nombreux les censeurs qui viennent traiter dans telle ou telle discussion sans rien apporter d'autres qu'une contestation bien politiquement correcte avec des articles de lois sous la main.

Le facisme s'installe à grands pas

DailyMotion à son tour censure des videos françaises (Censure touchant un groupe plutôt pro-paslestiniens mais très très politiquement correct! et il y aurait (Rumeur ?) également un groupe touché par la censure qui serait pro-isréalien à pro-sionistes ..je ne les connais pas du tout) en
les supprimant purement et simplement du site sans rien oser dire.

Nous connaissions la "guerre" de la Palestine s'invitant régulièrement à bon escient dans les débats européens mais aujourd'hui nous assistons, de la part d'un site internet à une négation pure et simple de ces "débats" en censurant systématiquement toute info.

Nous devons réagir à commencer par soutenir les victimes des pays déjà bien enfoncé dans le totalitarisme en leur trouvant des liens alternatifs de transition et surtout en continuant à dénoncer les tyrans de ces pays liberticides.

Ouvrez un maximum de blogs gratuits et lachez-vous, lachez les infos pourqu'elle continuent à circuler librement.

Aujourd'hui, ce sont les videos, tout à l'heure ou demain viendra le tour des forums, les P2P...etc...

Maroc:

Même si la censure a été partiellement levée sur Youtube, il reste tous les autres sites interdits par le principal FAI marocain (Est-ce bien lui le seul responsable de cette censure ou reçoit-il des ordres d'ailleurs?)

Image de prévisualisation YouTube

C’est cette vidéo (Mohamed 6 le voleur) qui pourrait avoir été le déclancheur de cette censure et elle ne saurait cacher les autres magouilles qui prochainement viendront inévitablement à jour. Nous sommes nombreux à avoir en tête le « régime » particulier que subissent des « sportifs » marocains et étrangers qui « se préparent » au Maroc et là encore les infos en provenance du Maroc se feront très rares dès le « scandale » divulgué. Je passe sous silence (Pour le moment) la population qui est maintenu en permanence sous le régime de la peur, de la misère…etc…

 

 

Retour aux alternatives GoogleEarth:

Alternative GoogleEarth en Flash

Comment accéder à GoogleEarth depuis le Maroc

Infos sur la censure internet au Maroc

Infos sur la censure de la presse au Maroc en date du 7 aout 2007

Éventuellement vous pouvez consulter mes pages GoogleEarth

..et si vraiment c’est le Front Polisario qui dérange le plus.. Voici quelques adresses
que nous devons répercuter sur nos blogs, et sites:

YouTube: Polisario Frente Polisario Front Polisario

GoogleVideo: Polisario Frente Polisario Front Polisario

DailyMotion: Polisario Front Polisario

Recherche sur Google « video polisario« 

..et si vraiment de simples images deplaisent une poignée de censeurs à ce point, les sites de propagande du Polisario seront mis en ligne en plus des actualités les concernant; Tous les sites qui sont favorables au Polisario uniquement.

France ... et autres pays:

Nous connaissons tous les alternatives à DailyMotion mais/et il existe également la possibilité d'aller déposer ses videos sur des sites aux USA où malgré les plus que gros pénibles en place, il est encore possible de conserver sa liberté d'opinion et d'expression. Il suffit d'y mettre le prix mais la Liberté, elle, n'en aura jamais.

Pour tous les pays, les forums, rendez-vous sur Usenet (Forum français plutôt très actif: fr.soc.politique, fr.soc.divers... et tant d'autres..) où les bagarres contre les zélés censeurs de l'ordre UMP ne pourront tourner à leur avantage tant ils n'ont rien à dire.. et que la majorité est quand même prête à défendre la liberté d'une parole non politiquement correcte qu'on cherche à nous imposer depuis trop longtemps déjà.

..et continuez à sauvegarder les videos que vous voyez comme depuis longtemps déjà je vous demande de le faire et allez les installer hors des pays liberticides qu'on puisse continuer à faire des liens dessus.


 

La censure dans les pays comme la Chine étant tellement systématique que
très peu d’alternatives peuvent exister sans devenir un internaute fantôme,
ce qui demande beaucoup de connaissances en informatique et donc n’est pas traité ici.

 

 

 

22 mai, 2007

Le grand jour..

Classé sous Nucleaire — chamok @ 22:35

..avant de Grand Soir
Enfin une bonne nouvelle

Pas en France, pas encore! mais une centrale nucléaire de moins dans le monde et la vie reprend le dessus

Le grand jour.. dans Nucleaire

Destruction des 4 salopes:
Image de prévisualisation YouTube

Chapelcross Towers Demolition version onirique:
Image de prévisualisation YouTube 

 

 

Ces saloperies à terre n’empêcheront pas qu’on devra vivre avec tout ce qu’elles ont pu relâcher dans l’atmosphère pendant leur durée de fonctionnement … quelques dizaines de milliers d’années.

À partir de ce lien, vous devriez avoir de quoi en savoir plus.

je sais je sais.. je suis une feignasse

Pas bien.. hein Sarko*!?

 

* Dorénavant Sarko* servira à promouvoir la Bible de ce blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12345...11

animaux en danger |
ONG ENFANT DIGNE |
la protection des animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ecoconstruction et bioclima...
| Un Blog conçu rien que pour...
| supert mon blog!!!!